Activités de la SFHPo : compte rendu de la journée d’études “Les relations franco-espagnoles XXe-XXIe siècles” (Pôle ibérique de la SFHPo, 29 janvier 2020)

Matthieu Trouvé nous adresse le compte rendu de la première manifestation des activités du pôle ibérique et latino-américain de la SFHPo

Les relations franco-espagnoles XXe-XXIe siècles : compte-rendu de la Journée d’études organisée par Matthieu Trouvé (Maître de conférences en histoire contemporaine Sciences Po Bordeaux) et Sergio Molina García (docteur de l’Université de Castilla-la-Mancha), 29 janvier 2020.

Tenue le 29 janvier 2019 au Colegio de España à la Cité universitaire de Paris, la journée d’études organisée dans le cadre du Séminaire d’études du franquisme et de la transition (SEFT) de l’Université de Castilla-la-Mancha, en partenariat avec la Société française d’histoire politique (SFHPo) et le Colegio de España, est revenue sur l’histoire d’une relation bilatérale ambiguë entre deux voisins européens aux XXe et XXIe siècles. Elle constitue la première manifestation scientifique du pôle ibérique et latino-américain de la SFHPo.

Ouverte par Justo Zambrana Pineda, directeur du Colegio de España, S.E. Fernando Carderera Soler, ambassadeur d’Espagne à Paris, Manuel Ortiz, professeur à l’Université de Castilla-la-Mancha, et Matthieu Trouvé, maître de conférences à Sciences Po Bordeaux, la première table de la journée a commencé par le témoignage du correspondant du journal ABC à Paris, José Pedro Quiñonero qui est revenu sur des relations longtemps asymétriques entre la France et l’Espagne, avant un rééquilibrage après des années de tourmente et d’incompréhension.

Revenant sur l’héritage du XIXe siècle, Benoît Pellistrandi a ensuite montré comment l’Espagne et la France suivent, au fond, des histoires parallèles avec des décalages chronologiques : révolution, libéralisme, éveil du nationalisme, constitutionnalisation du pouvoir, violence politique, question du suffrage universel et des libertés politiques, … sont autant de sujets sont communs à l’Espagne et à la France. De même au XXe siècle, les deux pays sont concernés par les transitions démocratiques, l’avènement de la société de consommation et la modernisation des mœurs, la massification de l’enseignement et de la culture, les questions migratoires, l’inscription dans la globalisation, la recomposition de leurs systèmes partisans.

La Seconde Guerre mondiale a été un moment de tensions bilatérales. Comme l’analyse Anne Dulphy dans sa contribution, la présence d’environ 18 000 Espagnols en Oranie et la propagande offensive menée par le gouvernement franquiste en Afrique du Nord provoquent, en particulier, d’importantes difficultés avec le gouvernement de Vichy ; les autorités préfectorales et coloniales oranaises doivent se poser en défenseurs de l’Oranie française. La décolonisation française et la question algérienne sont au cœur des relations bilatérales dans les années 1954-1962.

Il faut attendre l’arrivée au sein du gouvernement franquiste des ministres « technocrates » en 1957 et celle du général de Gaulle en France pour que les relations bilatérales se normalisent peu à peu. La période pompidolienne, analysée par Matthieu Trouvé, constitue un temps de rapprochement et de coopération franco-espagnole. Pour le président Pompidou, la France doit favoriser l’insertion de l’Espagne dans l’Europe et faire de Madrid un partenaire privilégié en Méditerranée. Mais le rapprochement franco-espagnol n’est pas sans limites et le durcissement de la dictature des années 1970-1975 provoque un regain de tensions sur la question du respect des libertés et droits de l’Homme, et à propos de la situation des réfugiés basques espagnols.

Après la mort de Franco en 1975 s’ouvre une nouvelle phase dans l’histoire des relations entre Paris et Madrid, marquées à la fois par la redécouverte et l’équivoque. Très vite, les relations bilatérales buttent sur deux problèmes : la question de l’entrée de l’Espagne dans la CEE et la situation des réfugiés basques. Les syndicats agricoles français s’emportent vivement contre l’entrée de l’Espagne dans le Marché commun qui serait, selon eux, synonyme de désastre pour l’agriculture française, notamment pour les productions de fruits et légumes, vin et huile d’olive ainsi que les produits de la pêche. Dans une contribution tirée de sa thèse de doctorat d’histoire, Sergio Molina García montre comment les problèmes agricoles sont au cœur d’un conflit franco-espagnol. Les tensions frontalières sont exacerbées dans les années 1975-1982 ; camions transportant des fruits et légumes espagnols sont régulièrement attaqués dans le Sud-ouest français ; des incidents de pêche éclatent de façon récurrente dans le golfe de Gascogne opposant chalutiers espagnols et marine française.

Au total, la journée d’études du 29 janvier 2019 n’aura pas pu épuiser tous les aspects des relations franco-espagnoles, loin s’en faut, mais elle a tenté d’apporter des éléments de réflexion nouveaux pour l’étude des rapports complexes entre deux voisins qui se sont longtemps ignorés ou incompris. Elle symbolise aussi, à l’échelle universitaire, l’excellence des relations de part et d’autre des Pyrénées et constitue le prélude à de futures collaborations dans le cadre de partenariats de recherche entre l’Université de Castilla-la-Mancha, l’Université Complutense de Madrid, la Société française d’histoire politique (SFHPo) et Sciences Po Bordeaux. Les actes de cette journée d’études seront publiés au printemps 2021 dans la revue Siècles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search