Entretien paru dans Historiens & Géographes (APHG) : “Pour la promotion de l’histoire politique dans l’enseignement et la recherche”

HISTORIENS & GÉOGRAPHES – 111e année – n°452 – Novembre 2020, p. 45 sqq.

Entretien[1] avec Anne-Laure Ollivier et Gilles Richard

Par Ivan BUREL* et Marc CHARBONNIER**

* Doctorant en histoire. Institut de Recherches Historiques du Septentrion. Université de Lille. Membre du Bureau de la Régionale du Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

** Rédacteur en chef de la revue Historiens & Géographes. Secrétaire général de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie – APHG. Professeur au Lycée Emmanuel Mounier de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).

L’APHG salue la création d’une Société française d’Histoire politique (SFHPo), dont elle a relayé dans ses publications, notamment le numéro 446 de la revue « Historiens & Géographes » (mai 2019), le Manifeste constitutif. Elle compte de nombreux collègues dans ses rangs et a souhaité donner la parole à deux d’entre eux dans un entretien croisé. Animées par une même communauté de métier, nos deux associations œuvrent ensemble à la promotion de l’histoire politique et de son rôle dans la Cité à travers des projets communs et des journées d’étude.

Anne-Laure Ollivier est professeure d’histoire en classes préparatoires littéraires à Poitiers et chercheuse associée au laboratoire Polen EA 4710. Sa thèse « Gaston Defferre : un socialiste face aux pouvoirs », soutenue en 2011, a obtenu le prix de l’Assemblée nationale. Elle est trésorière de la SFHPo, secrétaire de rédaction de la revue « Parlement[s], Revue d’histoire politique », et membre du comité de rédaction de la revue Histoire@Politique.

Gilles Richard est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Rennes 2, auteur notamment d’une « Histoire des droites en France, de 1815 à nos jours » (Perrin, 2017) et d’une « Histoire de l’UDF » (Presses universitaires de Rennes, 2013). Il est président de la SFHPo et membre du comité de rédaction de la revue Histoire@Politique.

HISTORIENS & GÉOGRAPHES (H. & G.) : Quels sont les objectifs ayant conduit à la création – toute récente – d’une Société française d’histoire politique ?

Gilles Richard (G.R.) : Il y a deux raisons qui ont justifié la création de la Société française d’histoire politique (SFHPo)[2] : l’une de court terme et l’autre de long terme. La raison de long terme, que nous constatons toutes et tous, spécialistes d’histoire politique, c’est la régression du nombre de postes à l’Université et dans les grandes écoles. Et puis, il y a une raison tout à fait conjoncturelle qui nous a soudainement fait prendre conscience de l’urgence à défendre la place de l’histoire politique : c’est au moment de la crise des « Gilets jaunes », qui a débuté fin novembre 2018. Nous étions quelques-uns – Fabien Conord, Olivier Dard, Bernard Lachaise, Gilles Vergnon, Jean Vigreux, etc. – en colloque à Vichy. Nous avons bien sûr échangé sur ce que nous entendions et lisions dans les médias sur la crise des Gilets jaunes et nous étions affligés par la superficialité des commentaires faits à chaud, l’utilisation à tort et à travers de la notion de « populisme », la difficulté de nombreux journalistes d’articuler le temps court et le temps long, de relier un phénomène politique inédit à des phénomènes sociaux connus, de penser les formes de politisation des classes populaires… Nous nous sommes dits qu’il y avait là véritablement un travail à faire, de promotion de l’histoire politique, bien au-delà du monde universitaire.

H. & G. : Quelle est la place actuelle de l’histoire politique dans le paysage universitaire français ?

G.R. : Pour donner un instantané de la situation, l’année dernière, en 2019, il y a eu 23 postes mis au concours de recrutement en histoire contemporaine à l’échelle nationale : 10 postes de professeurs des Universités, 13 postes de maîtres de conférences. Aucun en histoire politique.

Anne-Laure Ollivier (A.-L.O.) : Paradoxalement, il y a beaucoup de collègues qui se réclament d’une histoire politique aujourd’hui, et c’est une bonne chose, dans le sens où les approches, les objets ont été fortement renouvelés. Ces nouvelles approches (histoire sociale ou culturelle du politique) sont essentielles pour renouveler l’histoire politique, par exemple à travers les questions mémorielles ou la question des mobilisations. Je crois néanmoins qu’une histoire du politique a toujours sa place. On a pu entendre ces dernières années que le parti politique, par exemple, étant un objet mort, son caractère d’objet d’histoire n’avait plus de raison d’être. Si tant est qu’il soit obsolète – ce qui reste à démontrer aujourd’hui – le parti comme objet d’étude est encore essentiel et l’a montré récemment par des travaux de haute tenue. On peut citer des travaux comparatistes – je pense à Pauline Picco sur l’extrême-droite[3] –, ceux de Noëlline Castagnez sur les socialistes et la mémoire[4], les travaux sur les entourages politiques et l’histoire économique du politique de Mathieu Fulla[5], sur l’environnement d’Alexis Vrignon[6]… Il s’agit d’un secteur dynamique qui a su se nourrir de nombreux renouvellements. La représentation de l’histoire politique aujourd’hui, en-dehors de ce cercle de chercheurs et de chercheuses, est sans nul doute trop souvent pleine de préjugés et erronée. L’un des buts de la SFHPo est donc d’affirmer qu’il y a non seulement de la place pour une histoire politique mais aussi pour une histoire du politique.

H. & G. : Le renouveau de l’histoire politique peut se dater, en France, des années 1980, si l’on songe à Pour une histoire politique (1988), sous la direction de René Rémond, parmi d’autres classiques. Quelle est l’ampleur du renouveau historiographique dans la façon de faire de l’histoire politique en 2020 ?

G.R. : Il y a plusieurs héritages dans ce renouveau de l’histoire politique depuis les années 1980. J’en vois deux principaux. L’histoire politique, désormais, intègre un des principes essentiels énoncés par l’École des Annales : la nécessité de travailler en écoutant les autres sciences humaines et sociales. C’est d’ailleurs de là qu’est issue l’histoire des cultures politiques, qui dépasse l’étude des institutions ou des résultats électoraux pour s’intéresser aux visions du monde qui sont construites et portées par des fractions de la société. Un exemple que je donne souvent à mes étudiants : en 2002, lors de l’élection présidentielle, trois candidats obtinrent environ 1,2 million de voix chacun (Olivier Besancenot, Alain Madelin et Jean Saint-Josse). Il est plus que probable que ces trois fois 1,2 million citoyens et citoyennes n’avaient pas la même manière de concevoir la France et le monde, de vivre au quotidien, de s’engager dans la vie collective… S’interroger sur cela permet d’aller beaucoup plus loin dans l’analyse que la seule comparaison des résultats électoraux. Il y a aussi un deuxième héritage, né à l’inverse du précédent de la réaction contre une dérive de l’École des Annales, du moins dans sa seconde phase, celle de Fernand Braudel, qui, au nom du temps long, a outrancièrement méprisé le temps court. L’histoire politique renouvelée autour de René Rémond a permis de réintroduire et de repenser la question de l’événement.

A.-L.O. : Et nous sommes aujourd’hui dans une ouverture et un jeu d’échelles que l’histoire politique a su intégrer en repensant l’articulation entre le local, le national et l’international. Sans oublier les travaux qui se prêtent à la dimension transnationale. J’insiste sur le renouvellement des objets d’étude par l’approche culturelle du politique, par l’approche sociale, par la question des entourages, des émotions, des mobilisations, des mémoires, des mises en scène et des représentations. Les historiens du politique des autres périodes ont intégré ces approches bien avant ceux du contemporain : les modernistes avec la politisation par le conflit par exemple, les antiquisants avec l’approche anthropologique, etc.

H. & G. : Que pensez-vous de la notion de gouvernance dans les anciens programmes de Terminale générale ?[7]

G.R. : J’ai quelques réticences face à cette notion, sachant que la « gouvernance » signifie le gouvernement a minima dans le monde néolibéral… L’intitulé du programme était très idéologique. Revenir à « gouverner » me semble plus efficace pour la compréhension des phénomènes étudiés, à commencer par la question centrale en histoire politique, celle du pouvoir.

A.-L.O. : Cela montre à quel point l’histoire est insérée dans la société et n’échappe pas aux effets de mode dans le vocabulaire. De la même manière avec le « progressisme » aujourd’hui. On peut se demander quelle histoire a ce mot ou s’il s’agit d’une construction médiatique plus ou moins récente.

H. & G. : Le manifeste de la Société valorise et encourage le caractère transdisciplinaire des recherches sur le politique, appelant à une coopération avec les anthropologues, les politistes, les juristes ou encore les géographes… Dès lors, comment cette transdisciplinarité pourrait-elle se traduire dans les activités scientifiques de la SFHPo ?

A.-L.O. : Les colloques scientifiques auxquels nous participons associent depuis longtemps des spécialistes de différentes disciplines. Pour ne prendre qu’un exemple, le colloque sur Michel Rocard, organisé en 2018 par le Centre d’Histoire de Sciences Po, l’association Michel Rocard et la Fondation Jean Jaurès, réunissait historiens, politistes et économistes[8]. Nous sommes assez bien rompus à ce dialogue, mais il s’agit aussi d’essayer de le prolonger à travers les manifestations que la SFHPo peut organiser.

G.R. : Tout à fait d’accord sur la nécessité du dialogue mais il demeure encore difficile, au-delà des déclarations de principe, de travailler de façon pluridisciplinaire. Nous sommes souvent, en tant qu’historiens, moins nombreux dans les laboratoires de sciences humaines « polyvalents ». Néanmoins, ce dialogue doit se consolider, de deux manières différentes. Les historiens doivent lire et écouter des travaux issus d’autres disciplines, et ils le font. Il faut également travailler ensemble dans des journées d’étude et des colloques ; c’est ce que nous faisons et continuerons à porter. Mais cela n’est pas toujours simple, chaque discipline ayant ses logiques propres. Et certaines ont parfois tendance à être quelque peu impérialistes…

A.-L.O. : Des rencontres n’en existent pas moins depuis longtemps et ont permis de faire aboutir des travaux fructueux. Je pense notamment au laboratoire POLEN (Université d’Orléans, MSH Val de Loire)[9] pluridisciplinaire qui, à partir d’un projet scientifique global, décline chaque axe de façon spécifique par les différentes équipes qui le composent, selon les champs de recherches propres à chacun. Ou encore la MSH de Dijon qui met en ligne gratuitement les archives de la galaxie communiste et où se rencontrent informaticiens, archivistes, historiens, politistes, sociologues et linguistes (htpps://pandor.u-bourgogne.fr).

H. & G. : L’historien Sudhir Hazareesingh évoquait en 2007[10] l’influence des problématiques culturelles dans les champs de recherche de l’histoire politique française. Quelles interconnexions peuvent exister avec l’histoire culturelle et sociale ? Quels exemples peut-on donner à nos collègues qui enseignent les programmes du Secondaire ?

A.-L.O. : Au sein des programmes des lycées – où l’histoire du XIXe siècle revient en force depuis 2019 en classe de Première – l’histoire culturelle du politique doit occuper une place éminente. J’utilise régulièrement avec mes hypokhâgneux les travaux d’Emmanuel Fureix sur les politiques du deuil par exemple[11]. On peut y lire la façon dont les obsèques d’un certain nombre de personnalités publiques de l’opposition ont été des moments essentiels de mobilisation et de politisation. Il y a néanmoins des impensés dans ces nouveaux programmes. Je pense en particulier à la place des femmes[12] qui a fortement régressé (en-dehors de quelques exemples ou points de passage), ce qui est très dommageable à la compréhension du social en politique. Comment ne pas parler des femmes en 1848 ? La figure de George Sand est à peine évoquée, alors qu’elle permet d’allier les approches historique et littéraire. De même pour les femmes dans la Commune ou les femmes dans la Résistance [en classe de Terminale]…

G.R. : L’histoire culturelle du politique est en plein essor depuis vingt ans. Cela est une très bonne chose… à deux conditions. D’abord, il ne faut pas privilégier l’émission sur la réception. Autrement dit, il est beaucoup plus facile de faire une thèse sur tel ou tel intellectuel, que d’appréhender ou de mesurer l’effet de ses productions sur l’ensemble de la société. Il s’agit au fond d’un problème d’archives auquel les historiens sont toujours, par définition, confrontés. La deuxième condition est de ne pas oublier le social. Bien sûr, comme l’écrit Serge Berstein dans son « Introduction » à l’ouvrage collectif Les cultures politiques en France[13], l’histoire culturelle en France s’est construite contre un « marxisme » mal compris ou déformé, et qui n’était pas du tout acceptable. Mais le balancier est parti à l’inverse beaucoup trop loin, et je ne conçois pas que l’on puisse faire de l’histoire culturelle sans faire de l’histoire sociale, une histoire sociale incluant l’histoire culturelle et politique. Faire de l’histoire sociale, c’est d’abord faire l’histoire d’une société envisagée globalement dans tous ses aspects, liés entre eux de façon toujours complexe et contradictoire.

H. & G. : Qu’en est-il du renouveau de l’histoire politique à l’échelle de l’Europe ? De plus, le renouveau de l’histoire politique française s’est accompagné d’un intérêt grandissant dans le monde universitaire pour des travaux influencés par l’histoire globale, World History et Global History…

G.R. : Il est très difficile à mesurer à l’échelle européenne. En Europe, l’enseignement de l’histoire ne s’inscrit en effet pas dans les mêmes institutions et les mêmes structures qu’en France. Il est évident qu’en Italie, par exemple, le fait que l’histoire soit structurellement associée à la philosophie, entraîne un lien plus spontané des historiens avec les politistes qu’en France. Dans les pays européens voisins, on trouvera plutôt de la science politique historique que de l’histoire. Le rapport aux sources n’est donc pas le même.

En ce qui concerne l’histoire globale ou mondiale, nous avons affaire à des catégories récentes qui ne sont pas exemptes, là encore, d’un certain « effet de mode » ainsi que de la nécessité, pour un certain nombre d’historiens et d’historiennes (statistiquement de plus en plus nombreux), de se distinguer des autres. La définition de ces deux catégories est floue et fluctuante. Même chose avec les notions de « globalisation » ou de « mondialisation ». Au sens historique, le processus de mondialisation a débuté avec les Grandes Découvertes ; il ne s’agit donc pas d’un phénomène récent. Ce qui me semble plus intéressant, c’est de faire une histoire transnationale. Aujourd’hui (et depuis 70 ans en fait), il est impossible d’écrire l’histoire de la France en dehors de l’histoire de la construction européenne. Mais cette dernière n’est pas simple à écrire car elle nécessite de maîtriser des sources (et des langues !) issues de 27 pays. C’est un travail de Romain, si je peux dire ! Il en va de même pour l’histoire connectée, passionnante autant qu’exigeante. On pense notamment à la démarche, bien connue dans ces colonnes, du manuel franco-allemand[14].

A.-L.O. : Il est vrai qu’en Europe, l’histoire politique est plutôt dominée par les politistes. Nous avons tout de même quelques beaux exemples d’historiens qui montrent son dynamisme. Je pense par exemple à la récente biographie de De Gaulle par le britannique Julian Jackson[15] ou aux travaux importants de l’historien américain Philip Nord sur le moment républicain[16] au XIXe siècle ou le « New Deal » français après 1945, ceux de Frederick Cooper sur la citoyenneté et l’empire[17]… Vue d’ailleurs, cette histoire-là existe et est légitime. Quant au transnational, un certain nombre de nos objets d’études s’y prêtent pleinement : les révolutions, les empires, l’histoire environnementale[18].

H. & G. : Les nouveaux programmes de lycée sont-ils un pas en avant vers une meilleure représentation de l’histoire politique au sein de l’enseignement secondaire ? Est-elle notamment l’occasion pour les enseignants de viser une étude transdisciplinaire du politique en classe ?

A.-L.O. : Il est indéniable que le retour du XIXe siècle dans les programmes de « tronc commun » est une excellente nouvelle, ainsi que de débuter par la Révolution française. La chronologie rétablie est aussi à saluer. Les étudiants en CPGE à qui j’enseigne sont d’ailleurs demandeurs d’un cadre chronologique qu’ils n’ont pas forcément assimilé dans les anciens programmes. Mais tout cela m’a très vite inquiétée car j’ai eu l’impression que ce retour d’une histoire politique se faisait au détriment d’autres objets d’étude tout aussi importants alors même que nous venons de dire dans cet entretien que l’histoire politique avait su les intégrer depuis longtemps. Ajoutons que cela a pu entraîner de vives critiques, le retour de l’histoire politique pouvant signifier alors, et c’est regrettable, la fin d’une histoire scolaire plus moderne ou à jour des renouvellements historiographiques. Ce n’est certainement pas l’image ni la réalité de l’histoire politique aujourd’hui. On peut naturellement faire confiance aux collègues pour rétablir ce qui doit l’être et s’appuyer sur une bibliographie récente, la limite étant le temps très contraint pour traiter des programmes aussi vastes. Le bilan, de mon point de vue, est en demi-teinte… entre inquiétudes et regrets.

Pour l’enseignement de spécialité, exigeant et trans-périodique, il apparaît logique de le confier à des professeurs d’histoire-géographie, habitués depuis bien longtemps à lire des travaux divers, parfois aux frontières de leurs disciplines, mais qui les nourrissent en y apportant un autre regard. De ce point de vue, l’excellence d’une formation initiale avec un bagage disciplinaire solide permettant de traiter de l’ensemble des périodes est une nécessité absolue, et l’on peut légitimement éprouver des inquiétudes face à la réforme du Capes.

G.R. : Dans l’enseignement de spécialité, un point de satisfaction est en effet le caractère trans-périodes des programmes ; c’est une formidable opportunité pour faire comprendre aux élèves ce que j’appellerais « l’épaisseur du temps ». Si j’ai un regret, c’est qu’un programme aussi vaste et pointilliste, malgré le nombre d’heures attribuées (mais à relativiser vu l’ampleur des thèmes obligatoires à traiter), va, une nouvelle fois, amener les enseignants et enseignantes à « courir ».

Et c’est bien là l’une des raisons d’être de la toute nouvelle Société française d’histoire politique : construire des ponts entre l’enseignement supérieur et l’enseignement secondaire afin d’aider à diffuser et transposer la richesse des recherches menées, associant tous les enseignants et enseignantes à une histoire en train de se faire.

H. & G. : Quelle(s) entrée(s) choisiriez-vous pour l’histoire politique dans la spécialité Histoire-Géographie-Géopolitique-Sciences politiques ?

G.R. :  Je mettrai d’abord en avant le « pouvoir », objet central de l’histoire politique. La conquête du pouvoir, sa conservation et son exercice sont des questions qui concernent tous les individus vivant en société. Toute société se dote d’outils et d’organisations lui permettant de garder une certaine cohésion, indispensable à sa survie. Mais pourquoi le pouvoir n’est-il exercé que par une minorité d’individus, en règle générale au profit de cette minorité ? Pour l’instant, en dépit des multiples changements et révolutions survenus dans l’Histoire, les êtres humains n’ont pas inventé de mécanismes sociaux permettant l’exercice conjoint du pouvoir. Essayer de comprendre cette énigme fondamentale est sans aucun doute ce qui motive mon intérêt pour l’histoire politique.

A.-L.O. : Pour débuter l’année en Première, enseignement de spécialité, j’entamerai mon cours, à partir du thème « La démocratie », sur notre environnement actuel et la question des « populismes », concept fortement discuté aujourd’hui, et ses relations avec la démocratie à travers l’histoire. Des livres essentiels ont été publiés récemment sur le sujet (Olivier Dard, Marc Lazar, Pierre Rosanvallon notamment[19]). Ce thème, omniprésent dans les médias, montre tout l’intérêt pour nos sociétés – où la demande existe – de l’histoire politique, afin de définir précisément de quoi on parle à travers les périodes historiques et d’éviter de laisser la place à une confusion que l’on entend trop souvent. Voilà, avec la question du « peuple » (un mot utilisé sans cesse mais à géométrie variable et sans vraiment prendre la peine de le définir), un fil directeur pour l’année, très formateur pour les jeunes citoyen.ne.s. de demain.


Pour découvrir le numéro d’Historiens & Géographes cliquer ici.


[1] Entretien réalisé à Paris en février 2020 puis à distance, au printemps, en raison de la crise sanitaire. La Rédaction remercie vivement Anne-Laure Ollivier et Gilles Richard pour leur grande disponibilité.

[2] La Société française d’histoire politique (SFHPo) propose de promouvoir et développer les recherches qui s’effectuent dans la spécialité du « politique », à toutes les époques et dans tous les territoires. Site internet : https://sfhp.hypotheses.org/ ; « Manifeste pour une Société française d’histoire politique », janvier 2019 [en ligne] : https://sfhp.hypotheses.org/a-propos

[3] Pauline Picco, Liaisons dangereuses. Les extrêmes droites en France et en Italie (1960-1984), Presses Universitaires de Rennes, 2016.

[4] Noëlline Castagnez, Frédéric Cépède, Gilles Morin et Anne-Laure Ollivier, Les socialistes français à l’heure de la Libération : perspectives française et européenne, 1943-1947, Paris, Office universitaire de recherche socialiste, 2016 ; Noëlline CastagneZ, Quand les socialistes se souviennent de leurs guerres. Mémoire et identité, 1944-1995, à paraître aux PUR (2021).

[5] Mathieu Fulla, Les socialistes français et l’économie. Une histoire économique du politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2016.

[6] Alexis VRIGNON, La naissance de l’écologie politique en France. Une nébuleuse au cœur des années 68, Presses universitaires de Rennes, 2017.

[7] En vigueur de 2012-2013 au mois de juillet 2020 pour les séries générales de la classe Terminale. NDLR.

[8] Alain Bergounioux et Mathieu Fulla, Michel Rocard Premier ministre, Paris, Presses de Sciences Po, 2020.

[9] Le laboratoire POLEN (POuvoirs, LEttres, Normes) – EA 4710 a une vocation fortement pluridisciplinaire, puisqu’il regroupe littéraires, historiens, historiens du droit, civilisationnistes, linguistes et anthropologues.

[10] Sudhir Hazareesingh, « L’histoire politique face à l’histoire culturelle : état des lieux et perspectives », in Revue historique, 2007/2 (n° 642), pages 355 à 368.

[11] A titre d’exemple, Emmanuel FUREIX, La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique. 1814-1840, Seyssel, Champvallon, 2009.

[12] Voir dans le présent numéro d’Historiens & Géographes, le dossier thématique « Une histoire mixte », en partenariat avec l’association Mnémosyne et coordonné par Véronique Garrigues. NDLR.

[13] Serge BERSTEIN (dir.), Les cultures politiques en France, Seuil ? Coll. « Points. Histoire », n° 317, 2003.

[14] R. Bendick, P. Geiss, T. Heese, D. Henri, H. Jürgen Herrmann, G. Le Quintrec, M. Lepetit, E. Leon, W. Will, Histoire/Geschichte, L’Europe et le monde de l’Antiquité à 1815, 3e volume, Paris, Éditions Nathan, 2011, 288 p.

[15] Julian JACKSON, De Gaulle. Une certaine idée de la France (A Certain Idea of France. The Life of Charles de Gaulle), traduit de l’anglais par Marie-Anne de Béru, Seuil, 2019, 996 p.

[16] Philip NORD, Le moment républicain. Combats pour la démocratie dans la France du XIXe siècle, « Le temps des idées », Paris, Armand Colin, 2013 (édition originale en anglais 1995), 334 p. Philip NORD, Le New Deal français, Paris, Perrin, 2016 (édition originale en anglais, Princeton University Press, 2010).

[17] Jane Burbank, Frederick Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011 (Empires un World History.  Power and the Politics of Difference, Princeton University Press, 2010.

[18] L’histoire environnementale est entrée dans les programmes de Terminale, enseignement de spécialité Histoire, Géographie, Géopolitique et Sciences politiques, à la rentrée 2020. Un des membres du bureau de la SFHPo, Alexis Vrignon, est un spécialiste de cette branche de l’histoire et travaille en Polynésie sur la question des essais nucléaires et leurs retombées dans l’aire pacifique. NDLR.

[19] Olivier Dard, Christophe Boutin, Frédéric Rouvillois (dir.), Le dictionnaire des populismes, Paris, Cerf, 2019.  Ilvo Diamanti, Marc Lazar, Peuplecratie. La métamorphose de nos démocraties, Paris, Gallimard, 2019. Pierre Rosanvallon, Le Siècle du Populisme. Histoire, théorie, critique, Paris, Seuil, 2020. Voir aussi : Takis S. Pappas, Populism and Liberal Democracy. A Comparative and Theoretical Analysis, Oxford, Oxford University Press, 2019 ; Nadia Urbinati, Me the People. How Populism transforms Democracy, Cambridge (Mass)-Londres, Harvard University Press, 2019.



Citer ce billet
sfhpol (2021, 8 janvier). Entretien paru dans Historiens & Géographes (APHG) : “Pour la promotion de l’histoire politique dans l’enseignement et la recherche” Société française d'histoire politique. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3gd

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search