Motion de la 22e section du Conseil national des Universités

Le bureau de la SFHPo se déclare entièrement solidaire des collègues de la 22e section du CNU. Ils partagent sans la moindre réserve leurs inquiétudes, leurs protestations et leurs propositions.

Nous sommes l’Université


Nous, membres de la 22e section du Conseil national des universités, créé par ordonnance à la
Libération pour représenter nos pairs, dénonçons 20 ans de politiques de destruction cynique
du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Du sommet à la base de l’université, le sabotage a été systématique. Le manque de moyens, la
baisse du nombre de postes, la précarisation des personnels, la dégradation des conditions
d’enseignement et de recherche, constituent le résultat de décennies de mise à sac de
l’université, et ont créé l’état d’urgence qui nous oblige à rédiger cet appel.
L’abandon actuel des étudiantes et des étudiants de l’Université alors que les classes
préparatoires restent ouvertes n’est que la dernière marque de cette mise en faillite délibérée et du mépris organisé au sommet de l’État envers l’Université.
L’incapacité des ministres Vidal et Blanquer à gérer la crise sanitaire dans l’enseignement, que
leurs attaques ineptes et dangereuses n’ont pas réussi à camoufler, les discrédite absolument. La défiance du monde universitaire à leur égard est totale et irréversible. Indignes, ils n’ont plus la légitimité suffisante pour exercer leurs fonctions. Ils doivent démissionner.
Face à ce gâchis, nous décidons aujourd’hui de reprendre en main notre destin collectif.
Au nom des libertés académiques et de la souveraineté universitaire :
• Nous exigeons que le Conseil national des universités soit replacé au centre des
processus d’évaluation individuelle et collective de la recherche universitaire, dans le
respect de son indépendance.
• Nous appelons l’ensemble des sections du CNU à se réunir en États généraux de
l’Université.
• Nous invitons l’assemblée générale des directions de laboratoires et unités de recherche
à nous rejoindre.
C’est collectivement, titulaires et précaires, que nous lutterons désormais pour refonder
l’Université. Et c’est ensemble que nous combattrons pour rétablir un service public
démocratique de l’enseignement supérieur, de qualité et accessible à tous.


Motion votée à l’unanimité des membres de la 22e section du Conseil national des universités


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search