Compte rendu de l’AG de la SFHPo du 11 juin 2021

Compte rendu de l’Assemblée générale de la Société française d’histoire politique, le 11 juin 2021 dans l’amphi Sorel/Leroy-Beaulieu, à Sciences Po Paris

Photo : Sabine Jansen

69 participants au total dont 26 dans l’amphi Saint-Guillaume et 43 en visioconférence (ce dernier nombre a varié de quelques unités selon les moments de l’AG, d’où le fait que le nombre des votants n’atteint jamais 69), auxquels il faut ajouter 15 excusés.

L’AG débute à 14h10.

Accueil des participants par Marc Lazar ; remerciements de Gilles Richard, président de séance, à l’IEP qui met gratuitement à notre disposition une belle salle de réunion ; à Marc Lazar, Régine Serra et Lydia Subtil pour leur aide précieuse dans la préparation de l’AG ; à Maxime Launay et Nicolas Patin pour l’excellente organisation pratique en mode “hybride” de la rencontre et des votes.

1 – Rapport d’activité présenté par Gilles Richard, président de la SFHPo, au nom du bureau  (cliquer ici pour consulter le rapport d’activité)

Le rapport est mis au vote : 64 exprimés / 64 pour.

2 – Rapport financier présenté par Anne-Laure Ollivier, trésorière de la SFHPo (cliquer ici pour consulter le bilan trésorerie SFHPo (du 1er décembre 2019 au 5 juin 2021). Le 11 juin, la SFHPo compte 114 adhérents à jour de cotisation. Plusieurs collègues ont envoyé dans les jours suivants leur cotisation, ce qui porte le nombre d’adhérents à 120 le 19 juin.

Le rapport est mis au vote : 64 exprimés / 63 pour, 1 blanc.

3 – Élection du Conseil scientifique. Le bureau a contacté des collègues afin d’obtenir leur participation. Olivier Dard, vice-président de la SFHPo, explique les critères retenus : parité / “province” représentée à sa juste place / France sans oublier d’autres zones géographiques  : Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Portugal, Belgique mais aussi Afrique et Amériques / période contemporaine mais aussi périodes ancienne, médiévale et moderne.

La composition du CS (cliquer ici pour consulter la liste des membres) est mise au vote : 65 exprimés / 59 pour, 2 contre, 4 blancs.

Photo : Sabine Jansen

4 – Thème de recherche proposé aux membres de la SFHPo pour les années à venir : “les lieux du politique”. Noëlline Castagnez, membre du bureau, présente le projet. Il s’agit, après le premier travail collectif mené sur “le congrès de Tours vu d’en bas” (2019-2021), de lancer un travail collectif de plus grande ampleur et de plus longue haleine qui permette à tous les membres de la SFHPo (et d’autres) de mener une recherche novatrice sur le politique tout en étant déclinable de façon diversifiée afin que tout le monde, en fonction de ses centres d’intérêt, puisse y participer. Trois grands axes peuvent être dégagés : 1 – les lieux de mémoire du politique, en complément de la somme de Pierre Nora ; 2 – les lieux de délibération et de décision, avec l’idée de mettre l’accent sur les conseils généraux (et les conseils d’arrondissement), angle mort de l’histoire politique à bien des égards mais terrain d’analyse privilégié de la “fabrication” des notables et des liens entre le local et le national dans un pays dit, de façon sans doute trop schématique, “jacobin” ; 3 – les “autres lieux” du politique, d’une grande diversité (stade, scène musicale, murs, rue, fêtes, etc.) et d’une importance décisive pour appréhender les différentes formes de la politisation – et de la dépolitisation – des êtres humains en société.

Le projet est mis au vote : 61 exprimés / 61 pour.

5 – Élection du bureau. Gilles Richard présente la candidature collective du bureau sortant, élu il y a deux ans, dans le but de poursuivre les actions engagées. Rappel de la composition du bureau sortant : Hélène Boivin (docteure, professeure en CPGE), Noëlline Castagnez (professeure à l’université d’Orléans), Olivier Dard (professeur à l’université Sorbonne Université), Sabine Jansen (professeure au CNAM), Anne-Laure Ollivier (professeure en CPGE), Gilles Richard (professeur émérite à l’université Rennes 2), Jean Vigreux (professeur à l’université de Bourgogne), Alexis Vrignon (post-doctorant à l’université Haute Alsace).

La proposition est mise au vote : 60 exprimés / 58 pour, 2 blancs. Le bureau est donc reconduit pour deux ans.

6 – Gilles Morin prend enfin la parole pour faire un point rapide sur l’action collective en cours contre l’IGI 1300. Décision est prise (vote unanime à main levée) de rédiger une motion de soutien aux collègues engagés dans cette action et dont le résultat intéresse tous les historiens et toutes les historiennes contemporanéistes du politique (cliquer ici pour la consulter).

La séance est close à 16h25.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search