Publication : Rémy Pech et al., Toulouse 1908. Le congrès pour l’unité socialiste, Éditions Midi-Pyrénéennes, 2022

Fondé en 1905, le Parti socialiste (Section française de l’Internationale ouvrière, SFIO) tient à Toulouse, dans le réfectoire des Jacobins, son 5e congrès, du 15 au 18 octobre 1908. 54 photographies de l’événement ont été prises par le Toulousain Georges Baudillon et aussitôt diffusées sous la forme de cartes postales par le journal socialiste quotidien L’Humanitédirigé par Jean Jaurès. Cette collection inédite révèle les traits et les attitudes de centaines de militants (et quelques militantes), délégués par leur fédération. Elle nous permet d’évoquer le contexte du congrès, les pratiques de débat et de proposition d’une force politique appelée à occuper une place importante, parfois majeure, sur l’échiquier politique de la France : le Parti socialiste. Encore neuf, le Parti socialiste, unifié en 1905, cherche sa voie. Il côtoie une CGT révolutionnaire et jalouse de son indépendance. Il engage le gouvernement Clemenceau à réaliser des réformes, tout en dessinant l’espoir d’une société nouvelle. Au sein de l’Internationale, il lutte pour la paix. Il fait entendre une grande voix : celle de Jaurès.

Quatre historiens du socialisme se retrouvent pour présenter cet album de famille, récemment acquis par le conseil départemental de la Haute-Garonne et inventorié par les archives départementales.

— Rémy Pech, professeur émérite de l’université Toulouse-Jean Jaurès, explique comment l’événement s’inscrit dans l’histoire politique mouvementée de la ville rose.

— Frédéric Cépède, historien, archiviste à l’OURS, reconstitue avec précision le reportage de Baudillon et indique ce que ces cartes postales nous révèlent de l’image du Parti socialiste alors en construction.

— Gilles Candar, président de la Société d’études jaurésiennes, montre comment Jaurès forge une motion exprimant les principes fondamentaux de l’idée socialiste.

— Alain Bergounioux, président de l’Office universitaire de recherche socialiste (OURS), replace 1908 dans la perspective de l’histoire du mouvement ouvrier.

Lionel Jospin, ancien Premier ministre, à la tête de la « gauche plurielle », a gouverné la France de 1997 à 2002. Il analyse, dans sa préface, les échos de cet événement singulier, qui retentissent encore aujourd’hui.

Lien vers le site de l’éditeur (cliquer ici)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search