Publication : Jean-Numa Ducange, La République ensanglantée. Berlin, Vienne : aux sources du nazisme, Paris, Armand Colin, 2022



Le 30 janvier 1933, lorsque Adolf Hitler accède au pouvoir en Allemagne, un de ses objectifs est de mettre fin à « novembre 1918 ». Il désignait ainsi l’esprit révolutionnaire et républicain né à la fin de la Grande Guerre, coupable selon lui d’avoir mis son pays à genoux. Un an plus tard, à Vienne, Engelbert Dollfuss écrase dans le sang le mouvement ouvrier autrichien. En dépit de leurs différences, Hitler et Dollfuss partageaient une même volonté : liquider les mouvements socialistes et communistes les plus puissants d’Europe.
Quinze ans plus tôt à Berlin, Vienne, Budapest, Munich, la révolution était à l’ordre du jour dans tout l’espace de la Mitteleuropa. Les républiques proclamées comme les expériences de démocratie « par en bas » se multiplient. Des épisodes, désormais largement oubliés et refoulés, sans lesquels l’histoire de ces pays est pourtant incompréhensible. Refusant d’écrire l’histoire en considérant comme inévitable la fin tragique de 1933, le présent ouvrage revient sur ces expériences, et montre que d’autres possibles existaient.

Jean-Numa Ducange

Professeur des Universités à l’Université de Rouen
Membre junior de l’Institut universitaire de France

Lien vers le site de l’éditeur (cliquer ici).



Citer ce billet
sfhpol (2022, 13 novembre). Publication : Jean-Numa Ducange, La République ensanglantée. Berlin, Vienne : aux sources du nazisme, Paris, Armand Colin, 2022. Société française d'histoire politique. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3kn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search