Actualité scientifique : la SFHPo organise le colloque “L’anticommunisme en France et en Europe (1917-1991)”, Campus Condorcet, 25-27 janvier 2023

Ce colloque est organisé les 25-27 janvier 2023 en salle 100 du campus Condorcet par Olivier Dard (Sorbonne Université, UMR CNRS 8138 SIRICE), Noëlline Castagnez (université d’Orléans, laboratoire POLEN EA 4710), Maxime Launay (Sorbonne Université, UMR CNRS 8138 SIRICE), Gilles Richard (université de Rennes 2, UMR CNRS 6051 Arènes), Jean Vigreux (université de Bourgogne, LIR 3S). Organisé par la Société française d’histoire politique (SFHPO), le colloque est également soutenu par l’Institut universitaire de France (IUF) et le laboratoire ICEE (EA 2291).

ARGUMENTAIRE :

Si l’impact de la révolution d’Octobre et ses conséquences, la « grande lueur à l’Est », la naissance de la IIIe Internationale (Komintern) en 1919 et celle des partis communistes, notamment français et italien, ont fait l’objet de multiples travaux, l’envers de cette histoire, le rejet du communisme sous la forme de l’antibolchevisme, de l’anticommunisme et de l’antisoviétisme ont été beaucoup moins étudiés. Sans oublier les dénonciations qu’ont pu inspirer d’autres modèles communistes, de Pékin à la Havane.

Plus encore que l’antifascisme et peut-être même que l’antiaméricanisme, l’anticommunisme est un parent pauvre de l’historiographie. Il n’existe à ce jour, pour s’en tenir à la France, qu’une synthèse, inachevée, d’une histoire de l’anticommunisme hexagonal ; et même si des collectifs ont été publiés sur l’anticommunisme transnational et la guerre froide, le chantier demeure immense[1]. Dresser en amont du colloque un bilan précis de l’état des recherches est un défi que les organisateurs du colloque entendent bien relever.

Le colloque a cependant d’autres ambitions. Une première serait de préciser les significations de l’anticommunisme afin de mettre en lumière le fait que cet objet, polymorphe et polysémique, est beaucoup moins univoque que ne l’ont considéré les communistes eux-mêmes ou leurs adversaires les plus acharnés. Pourtant, au fil des décennies qui scandent l’intitulé de cette rencontre projetée, partant d’Octobre et aboutissant à la chute de l’URSS le 26 décembre 1991, l’anticommunisme a pu évoluer, conservant certes des invariants, mais s’adaptant aussi aux évolutions politiques, sociales, culturelles sans négliger les enjeux géopolitiques de l’Europe du XXe siècle – empires coloniaux inclus. Ainsi présenté, l’anticommunisme relève, comme l’antifascisme ou l’antiaméricanisme, de l’histoire des idées et des représentations (littérature, chanson, cinéma, photographie) à l’heure de la société de masse et d’événements majeurs (conquête spatiale) qui aura ainsi toute sa place dans ce colloque.

Cependant, l’anticommunisme n’est pas seulement une idéologie ou une contre-idéologie mobilisée par des intellectuels, des organes de presse, des forces politiques ou syndicales et plus largement associatives car, entendu ici comme la lutte contre un communisme assimilé à un complot contre l’ordre établi, il a pu générer des politiques gouvernementales de répression qui ont marqué notamment l’histoire de la France de l’entre-deux-guerres[2]. Au temps de la guerre froide, il a pu de même inspirer des politiques anti ou contre-subversives, en particulier lors des guerres coloniales[3]. L’anticommunisme est donc aussi la matrice d’engagements et formes de mobilisation allant jusqu’à l’action armée de « soldats politiques » qui, des corps francs aux volontaires du Front de l’Est, ont pris les armes au nom d’une « croisade antibolchevique ». L’anticommunisme comme engagement pourrait ainsi être analysé à l’occasion de différentes séquences de la vie politique (manifestations/contre-manifestations, campagnes électorales, etc.) ou de la vie sociale (compétitions sportives, spectacles, etc.) pour en faire ressortir les lignes de force et questionner ses singularités.

En troisième lieu, il sera loisible de s’interroger sur la sociologie des anticommunistes. Ses adversaires originels, conservateurs et nationalistes (« la droite » pour parler comme « la gauche »), sont à prendre en considération, mais ils ne sont pas les seuls. Les dissidents, les « ex » ou les transfuges comptent aussi beaucoup. Dans le cas français, le passage du communisme au fascisme et ses marqueurs anticommunistes ont été analysés mais le processus gagnerait à être approfondi, au-delà des noms les plus connus, à commencer par celui de Doriot. D’autres familles politiques mériteraient aussi d’être davantage étudiées, en particulier du côté des libéraux, des radicaux ou des centristes pour qui l’anticommunisme a été une barrière infranchissable pour un rapprochement avec l’Union de la gauche sous l’égide de François Mitterrand, que ce soit en 1965, alors qu’il est le « candidat unique de la gauche », en 1974 ou en 1981. 1981 amorce un tournant qui se confirme en 1988 lorsqu’il n’est plus le candidat de la rupture mais celui de « La France unie ». 

Le fait que, des décennies durant, l’anticommunisme se soit d’abord défini comme un rejet de l’URSS, à commencer par l’URSS stalinienne, invite à réfléchir sur d’autres formes d’anticommunisme, marquées cette fois à gauche. Les socialistes jouent à cet égard, à plusieurs reprises (celui de la scission ou pendant les premiers temps de la guerre froide sous la Quatrième République), un rôle de premier plan. Mais il faudra donner également leur place aux promoteurs d’autres modèles communistes, les trotskistes ou les maoïstes, ou encore les admirateurs de la Yougoslavie titiste, qui ont, à des moments et sur des registres différents, dénoncé l’Union soviétique au nom du communisme lui-même en considérant qu’elle le trahissait et, avec elle, la Révolution d’Octobre.  

Les quatre éléments qui précèdent s’inscrivent largement dans un terrain français. Il sera privilégié dans ce colloque, mais l’ouverture européenne est doublement nécessaire. En premier lieu parce que l’anticommunisme s’est manifesté dans l’ensemble des pays européens et ce, qu’elle qu’ait été la puissance du parti communiste local. En second lieu, des travaux ont mis l’accent sur le caractère transnational de l’anticommunisme pour montrer, non sans parfois quelque exagération, qu’il existerait une contre-internationale communiste concurrençant son adversaire – de fait, l’alliance Rome-Berlin-Tokyo s’est formalisée, durant quelques années, dans un pacte anti-komintern. Des études de cas prenant en compte des singularités nationales et l’importance des jeux d’échelles pourront sans doute contribuer à mieux faire connaître l’importance des réseaux, des circulations, si ce n’est des transferts, qui ont comme matrice l’anticommunisme, cela à une échelle d’abord européenne (Europe occidentale et « autre Europe »), mais aussi transatlantique (États-Unis et Amérique latine) ou euro-asiatique.

PROGRAMME

Programme détaillé avec les résumés (cliquer ici)

Mercredi 25 janvier 2023 : 14 h – 18 h 45

14 h 00 – Introduction : Olivier Dard (Sorbonne Université)

14 h 30 – 17 h 30 : Une histoire au temps long

Présidence : Marc Lazar (Sciences po Paris)

Edmond Dziembowski (professeur émérite, Université de Bourgogne Franche-Comté, Centre Lucien Febvre), « L’antijacobinisme, stade primaire de l’anticommunisme ? ».

Corinne Bonafoux (MCF, Université de Savoie), « L’anticommunisme catholique en France 1917-1991 ».

Virgile Cirefice (MCF, Université de Limoges) et Grégoire Le Quang (MCF, Institut catholique de Paris), « Mobiliser l’image du péril rouge en Italie durant la guerre froide 1945-1991 ».

Débat : 15 h 45 – 16 h
Pause : 16h – 16 h 15

Dominik Rigoll (chercheur, Leibniz-Zentrum für Zeithistorische Forschung
de Potsdam), « Les anticommunismes en Allemagne occupée, divisée et unifiée (1945-1995) ».

Denis Lefebvre (secrétaire général de l’OURS), « L’anticommunisme franc-maçon depuis 1917 »

Débat : 17 h 15 – 17 h 30

17 h 30 – 18 h 45 : La matrice anticommuniste de l’entre-deux-guerres : première partie

L’anticommunisme sous le signe du combat politique et idéologique (session 1)

Présidence : Nicolas Patin (université Bordeaux-Montaigne /IUF)

Jean-Etienne Dubois (agrégé et docteur en histoire de l’université Clermont Auvergne), « Le Cartel, fourrier de la révolution ? La mobilisation et les mutations des droites françaises face au danger communiste dans la France des années Vingt ».

Othmar Plöckinger (chercheur indépendant, Salzburg). « Anti-Bolshevism and Anti-Semitism in Germany in the early years after the First World War. Contexts and impacts »

Jeudi 26 janvier 2023

9 heures -12 heures 30 : La matrice anticommuniste de l’entre-deux-guerres : seconde partie

L’anticommunisme sous le signe du combat politique et idéologique (session 2) : 9 h -11 h 30 

Présidence : Sophie Coeuré (Université Paris Cité)

Florent Gouven (agrégé et doctorant, université d’Avignon), « Les sabianistes en lutte contre les ‘valets de Staline’ : l’affrontement entre anticommunistes et communistes à Marseille au temps du Front populaire ».

Edouard Sill (docteur EPHE), « La LVF, le PPF et les Brigades internationales : les deux guerres d’Espagne de Doriot ».

Rachel Mazuy (chercheure associée IHTP), « Haro sur les EUS : l’association des Amis de l’URSS contre les “ennemis de l’Union Soviétique” (1928-1939) ».

Marion Labeÿ (Post-doctorante, Istituto italiano per gli studi storici, Napoli), « La formulation de l’anticommunisme dans le dialogue intellectuel entre Angelo Tasca et Andrea Caffi (1935-1940) ».

L’anticommunisme sous le signe de la dénonciation et de la répression étatique : 11 h 45-13 h 15

Présidence : Gilles Richard (université de Rennes 2)

Clément Fontannaz (doctorant Histoire Strasbourg – Lausanne), « La police neuchâteloise, une institution officielle au cœur des réseaux de lutte antibolcheviste (1917-1923) ».

Pierre Millet (agrégé doctorant contractuel), « D’un camp l’autre, Allemagne 1933, France 1939 : anticommunisme et état d’exception »

Jeudi 26 janvier 2023 : 14 h 30-18 h30 :

L’anticommunisme sous le signe de la dénonciation et de la répression étatique (suite et fin) : 14 h 30-15 h 30

Présidence : Gilles Richard (université de Rennes 2)

Simon Catros (docteur Sorbonne Université, PRAG à l’INSPE de Paris), « Entre anticommunisme radical et antisoviétisme relatif : le cas de l’état-major de l’Armée en 1935-1939 ».

Georges Vidal (Agrégé, HDR, chercheur associé à l’UMR SIRICE), « L’armée de Vichy et l’anticommunisme : paradoxes et ambivalence du syndrome de la défaite ».

L’anticommunisme à l’heure de la guerre froide : 15 h 45-18 h 30

Mobiliser politiquement et médiatiquement contre le communisme

Présidence : Christine Manigand (Sorbonne Nouvelle)

Guillaume Gros (docteur IEP Paris, chercheur associé FRAMESPA), « Joseph Czapski, une contribution à l’histoire intellectuelle de l’anticommunisme ».

Veronika Durin-Hornyik (docteure en histoire, ACP, Université Gustave Eiffel), « Free Europe » dans la France de la Quatrième République) ».

Odile Gauthier-Voituriez (docteure en histoire, responsable du Centre d’archives de Science Po), « Le fonds Paix et liberté de Pierre Rostini au Département archives de la DRIS de Sciences Po : une source pour l’histoire de l’anticommunisme ».

Vendredi 27 janvier 2023

9 h -12 h : L’anticommunisme à l’heure de la guerre froide (suite)

Les milieux économiques et l’anticommunisme : 9 h 10 h 15

Présidence : Sabine Jansen (CNAM)

Régis Boulat (MCF, université de Haute-Alsace), « La croisade pour l’accroissement de la productivité en France (années 1950) ou comment lutter contre les “Gangsters du Polititburo” ».

Audrey Bonvin (Université de Fribourg + UniDistance/FernUni Suisse), Quand la peur du rouge se mue en promotion de l’éthique entrepreneuriale : corporatisme et « centrisme radical » parmi les patrons du Réarmement moral (1971-1991).

Combattre la « subversion » communiste sous la Ve République 10 h 30-12 h 30

Présidence : Jean Vigreux (université de Bourgogne)

Franck Schmidt (doctorant en histoire, EHESS/ Heidelberg, associé au Centre Marc Bloch), « Un anticommunisme complaisant ? La lutte ambigüe contre l’influence de la RDA en France (1958-1973) »

Philippe Buton (professeur, université de Reims) et Hugo Melchior (chercheur indépendant), « Le gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme »

Bryan Muller (docteur en histoire, université de Lorraine/CRULH, ATER UPJV), « Combattre la “subversion marxiste”. L’anti et contre-subversion des Comités pour la défense de la République 1968-1978 ».

Maxime Launay (docteur en histoire, Sorbonne Université, UMR SIRICE et ATER université d’Orléans), « L’armée française et l’anticommunisme : l’exemple du parti communiste français (1968-1981) ».

Vendredi 27 janvier 2023 : 14-17 h : L’anticommunisme à l’heure de la guerre froide (fin)

Présidence : Noëlline Castagnez (université d’Orléans)

L’anticommunisme et la chute du communisme : 14 h -16 h 

Romain Ducoulombier (agrégé et docteur, professeur en CPGE), « Prédire la fin du communisme : un exercice anticommuniste ? (La chute finale d’E. Todd, 1976) ».

Adrien Nonjon (doctorant INALCO) et François Stéphane (université de Mons), « Le solidarisme comme phénomène idéologique et partisan transnational : les exemples français et russes ».

Alexandru Gussi, « Naissance de l’“anticommunisme post-communiste” en Roumanie (1989-1991) ».

Mathilde Harel (docteure EHESS), « L’anticommunisme à l’épreuve de la “ fin du communisme” : les gauches françaises face à la chute du mur de Berlin et l’effondrement du bloc de l’Est ».

Discussion générale

Conclusions 


[1] Serge Berstein, Jean-Jacques Becker, Histoire de l’anticommunisme en France, tome I 1917-1940, Olivier Orban, 1987 ; Luc Van Dongen, Stéphanie Roulin, Giles Scott-Smith (ed), Transnational Anti-Communism and the Cold War, Agents, Activities and Networks, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2014; Michel Caillat, Mauro Cerutti, Jean-François Fayet, Stéphanie Roulin (dir.) Histoire(s) de l’anticommunisme en Suisse,  Geschichte(n) des Antikommunismus in der Schweiz, Zürich, Chronos Verlag, 2009.

[2] Frédéric Monier, Le complot dans la République. Stratégies du secret de Boulanger à la Cagoule, La Découverte, 1998.

[3] François Cochet, Olivier Dard (dir), Subversion, anti-subversion, contre-subversion, Riveneuve éditions, 2009.



Citer ce billet
sfhpol (2023, 15 janvier). Actualité scientifique : la SFHPo organise le colloque “L’anticommunisme en France et en Europe (1917-1991)”, Campus Condorcet, 25-27 janvier 2023. Société française d'histoire politique. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3kz

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search