Appel à communication : conférence internationale “Croix-Rouge et communisme au 20e siècle”, Université de Fribourg, 18-19 janvier 2024

Version française plus bas

International Conference (2024)
Croix-Rouge et communisme au 20e siècle – Red Cross and Communism in the 20th Century
University of Fribourg, Switzerland

18-19 January 2024

Colloque international – Université de Fribourg (CH) & FNS

Call for Papers

Organisation: Jean-François Fayet, Marie-Luce Desgrandchamps, Marie Cugnet, Donia Hasler

Funding: Swiss National Science Foundation – University of Fribourg

Throughout the 20th century, humanitarianism and Communism developed complex relations made up of confrontations, challenges and (often frustrated) opportunities both at an ideological and practical level. This conference aims to explore the reciprocal interactions between the Red Cross Movement — the International Committee of the Red Cross (ICRC), the National Red Cross Societies (NRCS), the League of Red Cross and Red Crescent Societies (LRCS, now known as the Federation) – and Communist (or more generally of Marxist inspiration) regimes and organizations, between 1917 and 1991.

As both national and transnational phenomenon, revolutionary struggles involved actors and victims that were not covered by international humanitarian law. As early as 1917, humanitarians were confronted with the problem of the categorisation of civil wars, which complicated the establishment of who were responsible for applying the rules of war and defining the status of captured soldiers. Depending on the point of view of the belligerents, these soldiers were considered as political prisoners, criminals, or combatants. At the end of the Second World War, the emergence of People’s Democracies and the reshaping of humanitarian law led to a significant shift, the USSR actively participating in the Movement. They even went as far as to claim paternity of the Red Cross. Despite significant tensions, the USSR and its allies became actively involved in the drafting of the Geneva conventions of 1949 and the Additional protocols of 1977. They also used the Movement to develop a common humanitarian diplomacy among the National Societies of the communist countries united in the “noble struggle for peace”. Although communist regimes remained largely closed to humanitarian intervention on their own territories, they did not fail to use their National Societies to project themselves abroad and play on the rivalries between the ICRC and the League. During decolonization, some of the national liberation movements aligned with Marxism did not hesitate to use the Movement to obtain resources or forms of recognition on the international stage.

Despite the opening up of the archives following the disappearance of the Communist regimes on the European continent, as well as those of the Red Cross Movement, the relationship between Communism and the Red Cross has long remained overlooked by the historiography. This conference aims to examine this question as part of a global history of humanitarianism which has been significantly renewed over the last few years. The organizers of the conference propose to focus more particularly on the three following research themes:

– The first research theme explores questions of ideology and politics. How far did different concepts of solidarity, categories of armed conflicts and their victims, as well as understandings of international law, coexisted or clashed throughout the century? How did these tensions manifest themselves? How did different actors attempt to bypass these conflicts, or sometimes to exacerbate them? We invite papers considering both the anti-Communism of some Red Cross institutions and alternative humanitarian models proposed by Marxist actors.

– The second research theme examines the place of Communist regimes and Communist Red Cross societies within the Movement, both at an institutional and diplomatic level. The first aim is to explore the history of the Red Cross societies in Communist countries. What were the specific features of these national societies? To what extent did their alignment with the government spark debate within the Movement? What were the dynamics that existed between them and how did they collaborate with the rest of the Movement? The second aim is to analyse the role that they played at a diplomatic level, as well as their interactions with representatives of Communist states. To what extent did they try to influence the main decisions of the Movement during international conferences and to shape the codification of humanitarian law? How did they promote specific forms of humanitarian diplomacy within the Movement?

– A third research theme focuses on practices in the field, particularly in the context of revolutionary wars, uprisings or repression. What were the specific problems that humanitarian actors faced when they wished to obtain access to prisoners classified as political and, more generally, territories controlled by Communist authorities, in a context of conflict, or even of natural disaster? Conversely, how did revolutionaries mobilize the Red Cross Movement? To what extent did the involvement of the Red Cross Movement represent a threat, or on the contrary a resource? And how did these perceptions change over the course of the 20th century?

Proposals can be submitted in English or French (an abstract of max. 300 words and a short biography of max. 150 words) by 25 June 2023 to redcross-redstar@unifr.ch. The conference will be bilingual.

The conference organizers will provide accommodation and meals for participants during the event. Please let it be known if you need partial or full funding of your travel costs.

La Croix et l’étoile rouge : humanitaire et communisme au 20e siècle

Conférence internationale

Université de Fribourg, Suisse

18-19 janvier 2024

Organisation : Jean-François Fayet, Marie-Luce Desgrandchamps, Marie Cugnet, Donia Hasler

Financement : Fonds national suisse pour la recherche scientifique – Université de Fribourg

L’humanitaire et le communisme ont entretenu tout au long du 20e siècle des relations complexes faites de confrontations, de défis et d’opportunités (souvent frustrées) et cela tant sur le plan idéologique que pratique. Partant de ce constat, ce colloque souhaite explorer l’ensemble des interactions, actions et influences réciproques entre le Mouvement Croix-Rouge — le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), les Sociétés nationales de la Croix-Rouge (SNCR), puis dès 1919 la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (LSCR, actuelle Fédération) – et les régimes et organisations communistes, ou plus généralement d’inspiration marxiste entre 1917 et 1991.

Phénomène à la fois national et transnational, les luttes révolutionnaires ont en effet favorisé l’émergence de conflits ainsi que d’acteurs et de victimes échappant au droit international humanitaire. Dès 1917, les humanitaires ont ainsi été confrontés à des problèmes de catégorisation des guerres civiles, empêchant la désignation des responsables de l’application des règles de la guerre, et de définition du statut des soldats capturés, qui en fonction du point de vue des belligérants sont considérés comme des détenus civils, des criminels ou des combattants. Mais au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, tant l’émergence des Démocraties populaires que les enjeux liés à la refonte du droit humanitaire amènent les Soviétiques à faire le choix de la participation au sein du Mouvement, ces derniers allant même jusqu’à revendiquer la paternité de la Croix-Rouge. En dépit de fortes tensions, l’URSS et ses alliés s’impliquent activement dans l’élaboration des conventions de Genève de 1949, puis des protocoles additionnels de 1977. Ils se saisissent aussi du Mouvement pour élaborer une diplomatie humanitaire commune aux Sociétés nationales des pays communistes unies dans la « noble lutte pour la paix ». Si les régimes communistes demeurent largement fermés aux interventions humanitaires sur leurs territoires, ils ne manquent pas d’utiliser leur Société nationale pour se projeter à l’étranger et jouer sur les rivalités du CICR et de la Ligue afin d’imposer leurs conditions. Pendant la décolonisation, certains des mouvements de libération nationale se réclamant du marxisme n’hésitent par ailleurs pas à utiliser le Mouvement pour obtenir des ressources ou des formes de reconnaissance sur la scène internationale.

Malgré l’ouverture des archives résultant de la disparition des régimes communistes sur le continent européen, et de celles du Mouvement Croix-Rouge, la relation entre le communisme et la Croix-Rouge est longtemps restée un impensé de l’historiographie. Ce colloque vise à inscrire cette question dans une histoire globale de l’humanitaire en plein renouvellement, en privilégiant une approche sociale et politique des acteurs et des actrices impliqué.e.s dans cette dynamique de confrontation et d’inclusion. Le comité d’organisation du colloque propose d’articuler le questionnement autour des trois axes de réflexion suivants.

– Un premier axe s’intéressera au niveau idéologique et politique. Comment des conceptions différentes de la solidarité, des conflits armés et de leurs victimes, ainsi que du droit international sont-elles entrées en tension ? Comment se sont-elles manifestées et comment les différents acteurs en jeu ont-ils cherché à les contourner ou parfois à les exacerber ? Tant l’anticommunisme de certaines des institutions de la Croix-Rouge, que les critiques et les modèles alternatifs proposés par les acteurs se réclamant du marxisme seront au cœur de la réflexion.

– Un deuxième axe portera sur la place des régimes communistes et des Croix-Rouges communistes au sein du Mouvement, tant sur le plan institutionnel que diplomatique. Il s’agira d’une part d’interroger l’histoire des Croix-Rouge des pays communistes. Quelles sont les spécificités de ces sociétés nationales ? Dans quelle mesure leur alignement avec le gouvernement fait-il débat au sein du Mouvement ? Quelles sont les dynamiques qui existent entre elles et comment collaborent-elles avec le reste du Mouvement ? D’autre part, on cherchera à saisir le rôle qu’elles jouent et que jouent les représentants des États communistes sur le plan diplomatique. Dans quelle mesure essayent-ils d’influencer les grandes orientations du Mouvement lors des conférences internationales et de peser sur l’élaboration du droit humanitaire ? Comment organisent-ils des formes de solidarités et promeuvent-ils une diplomatie humanitaire spécifique au sein du Mouvement ?

– Un troisième axe se placera au niveau du terrain et des pratiques des acteurs du Mouvement de la Croix-Rouge notamment dans les contextes de guerres révolutionnaires, d’insurrection ou de répression. Quels sont les problèmes spécifiques auxquels se heurtent ces acteurs quand ils souhaitent accéder aux détenus qualifiés de politiques et plus généralement aux territoires contrôlés par des autorités communistes, en contexte de conflit, voire de catastrophes naturelles. A l’inverse, comment les révolutionnaires mobilisent-ils le Mouvement de la Croix-Rouge ? Dans quelle mesure le recours à ce dernier représente-t-il une menace, ou au contraire une ressource ? Et comment ces perceptions évoluent-elles au cours du 20e siècle ?

Merci de soumettre vos propositions en anglais ou en français (résumé d’environ 300 mots et courte biographie de max. 150 mots) d’ici au 25 juin 2023 à redcross-redstar@unifr.ch. Le colloque sera bilingue.

Le Comité d’organisation du colloque prendra en charge l’hébergement et le repas des participant.e.s pendant la durée de la manifestation. Merci d’indiquer également si vous avez besoin d’une prise en charge partielle ou totale de vos frais de transport.



Citer ce billet
sfhpol (2023, 27 mai). Appel à communication : conférence internationale “Croix-Rouge et communisme au 20e siècle”, Université de Fribourg, 18-19 janvier 2024. Société française d'histoire politique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3mn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search