Appel à communications : colloque “L’écologisation de la vie politique depuis 1945 (France – Europe)”, Orléans, 24-26 avril 2024

Appel à communications 

L’écologisation de la vie politique depuis 1945 (France – Europe) 

Acteurs.trices, débats et résistances 

Orléans – 24-26 avril 2024 

Au printemps 1974, il y a près de 50 ans, René Dumont est le premier candidat à l’élection  présidentielle française à faire des enjeux environnementaux le fondement de sa campagne.  Depuis cette période, l’écologie politique s’est installée dans la vie politique de certains pays  européens – la France1, l’Allemagne2ou encore la Belgique3– tandis qu’elle demeure  particulièrement discrète dans d’autres territoires. Parallèlement, les forces politiques, de  gauche comme de droite, sont amenées à évoquer la thématique environnementale, ajoutant à  leur programme des propositions dans des proportions et selon des orientations très variables4.  

Au sein du champ politique, les enjeux environnementaux sont alors appréhendés, définis et  appropriés sous des formes très diverses5. Les pollutions et les débordements industriels, les  conflits d’usage et les controverses autour de projets d’infrastructures, les débats autour des  modèles de développement, la question des rapports à adopter à l’égard de l’ensemble du vivant  ou encore des menaces qui pèsent de manière systémique sur les écosystèmes (au premier rang  desquels le changement climatique) constituent, parmi d’autres, un kaléidoscope d’enjeux dont  il n’est pas possible de donner une définition univoque6. Mis en forme et publicisés par des  entrepreneurs de cause, ils sont pris en compte de manière différenciée par les acteurs politiques en fonction de facteurs qui leur sont propres (calendrier électoral, idéologique, concurrence avec d’autres formations)7.  

Ces dynamiques propres au champ politique permettent d’interroger sous un angle  spécifique l’écologisation des sociétés européennes. Dans les études consacrées aux politiques  publiques, le concept d’écologisation envisage la prise en compte progressive des enjeux  environnementaux dans les pratiques, les réflexions et les normes (légales ou implicites) des  acteurs.trices sociaux, irrigant les politiques publiques, au niveau local comme européen8. Les  expert.e.s, les fonctionnaires et les usagers sont alors au centre de l’analyse, l’écologisation  étant perçue comme une forme spécifique de gouvernance plus souple voire plus efficace, adaptée aux nouveaux enjeux. Dans cette perspective, par ce processus d’écologisation, les  sociétés européennes se montreraient à la hauteur des défis qui se posent à elles9

En déplaçant l’analyse vers le champ politique, aussi bien envisagé sous l’angle des idées,  des pratiques ou de ses acteurs.trices10, nous souhaitons inviter les chercheur.euses à adopter  une autre perspective sur un processus d’écologisation non pas consensuel mais agonistique  qui, à ce titre, peut susciter diverses formes de débats, de résistances et de réaffirmations  d’approches des rapports des sociétés à leur environnement marqués par le productivisme11. Il  s’agit ainsi de mieux saisir dans toute sa diversité la vie politique à l’âge de l’anthropocène12

Notre approche entend ainsi se situer à la charnière de l’histoire politique et de l’histoire  environnementale, des enjeux de pouvoir et de rapports entre humains et non-humains.  Plusieurs axes peuvent être dégagés qui constituent autant d’invitations à la réflexion qui ne  sont en rien limitatifs : 

∙ Axe 1. Les écologies politiques en France et en Europe 

∙ Axe 2. Rythme, spécificités et profondeur de l’écologisation de la vie politique

. Axe 3. Inertie, résistance et réaffirmation du productivisme 

Axe 1. Les écologies politiques en France et en Europe 

L’émergence et la structuration de partis verts constituent l’une des facettes les plus  manifestes de l’écologisation de la vie politique de certains pays européens et probablement  celle qui a été jusqu’à présent la plus étudiée. De longue date, les sciences politiques se sont intéressées à l’arrivée de ce nouvel acteur dans le champ politique, analysant les stratégies mises  en œuvre par les autres participants à ce champ pour faire face à cette situation. Une telle  perspective conduit à des réflexions sur la capacité des formations écologistes à s’implanter  durablement dans le champ pour y conquérir une position dominante en offrant une alternative  crédible aux formations politiques traditionnelles13. Une autre approche a été davantage  sensible à l’émergence et à la structuration interne de l’écologie politique aussi bien en France14 qu’ailleurs en Europe15, échelle souvent mobilisée pour des approches comparatives16.  

L’étude des courants majoritaires de l’écologie politique est amenée à se prolonger et ce  colloque peut être l’occasion de faire un bilan de la question et de tracer des perspectives de  recherche pour l’avenir. Parmi celles-ci, ne pas se cantonner au niveau national pour s’intéresser  à l’échelle régionale17, voire locale, est une piste prometteuse pour comprendre finement les  dynamiques de territorialisation de cette famille politique. Les récents travaux consacrés aux  protestations locales comme lieux de la coopération transfrontalière, notamment franco 

allemande, témoignent par ailleurs des apports d’une focale transnationale pour comprendre les  différentes dynamiques à l’œuvre18.  

Par ailleurs, les composantes minoritaires de l’écologie politique, qu’on pense à des  formations telles que le Mouvement écologiste indépendant (MEI), Cap 21 ou encore  Génération Écologie (pour ne citer que le cas français), n’ont pas fait encore l’objet de  recherches poussées alors que leur prise en compte permettrait d’appréhender les formes  d’écologisation à l’œuvre dans toute leur diversité.  

Enfin, une attention portée aux liens multiples et complexes qui s’établissent entre les  mouvements sociaux et l’écologie politique peut permettre de mieux saisir la circulation des  militant.es, des pratiques – pensons par exemple aux « manifs à vélo » – mais aussi des  thématiques entre ces différents champs de l’action collective comme en témoigne, depuis une  dizaine d’années, l’apparition de nouveaux collectifs (Alternatiba, Extinction Rebellion ou  encore Letze Generation) souvent en lien avec les enjeux climatiques.  

Axe 2 – Rythme, profondeur et spécificités de l’écologisation de la vie politique  Se pencher sur l’écologisation de la vie politique conduit à s’interroger sur des découpages  du champ politique trop rigides qui verraient dans les enjeux environnementaux le fruit d’analyses univoques et évidentes. Se saisir de telle ou telle question apparaît au contraire  comme le résultat d’arbitrages politiques, d’articulations spécifiques des enjeux d’ordre  différent et de la capacité des acteur.trices politiques à les endosser19. De fait, les enjeux  environnementaux ne sauraient être envisagés comme un ensemble uniforme et univoque  susceptible d’être accepté – ou rejeté – en bloc. 

Sous cet angle, il pourra être intéressant d’aborder la question des modalités d’écologisation  des partis ou d’acteur.trices politiques qui, à plusieurs périodes, ont affiché une volonté de se  saisir de certains enjeux environnementaux. Les communications pourront ainsi traiter d’une  structure partisane en tant que telle. Les études de ce genre demeurent peu nombreuses et  limitées bien souvent à la gauche du spectre politique (à l’extrême-gauche20, au sein du Parti  socialiste21 ou du PCF22) ainsi qu’à certains courants d’extrême-droite23, malgré quelques  tentatives pour caractériser le rapport des différents courants de la droite parlementaire à  l’écologie24. Les communications sont également susceptibles de se pencher sur un courant ou  sur un.e élu.e dont le parcours et les fonctions seraient révélateurs de formes d’écologisations  spécifiques, tout particulièrement dans l’exercice de responsabilités municipales. Sur ce point,  les recherches consacrées aux transitions environnementales à l’échelle des agglomérations de  Grenoble et de Lyon signalent la complexité des dynamiques d’acteurs et la nécessité d’adopter  une approche chronologique fine attentive aussi bien aux évolutions législatives qu’à l’inertie  des infrastructures et aux scansions de la vie politique municipale25. Des recherches similaires  sur d’autres territoires – métropoles, départements ou encore territoires ruraux – seraient d’un  grand intérêt.  

Une attention particulière pourra par ailleurs être portée aux partis autonomistes ou  indépendantistes. Pour l’Hexagone, si l’on excepte le cas breton26 et, dans une moindre mesure,  corse27, on dispose pour l’heure de peu d’études de cas sur ces questions. Il en va de même pour  les Outre-mers où les enjeux environnementaux se posent désormais avec une acuité  particulière28. En l’occurrence, il pourrait être pertinent de s’interroger sur le positionnement  de ces formations et leur évolution qui, dans ce domaine, oscillent entre une aspiration à se  saisir des enjeux environnementaux – pour des raisons écologiques, sanitaires ou encore  identitaires – et l’idée qu’un développement autocentré peut impliquer une stratégie  extractiviste d’exploitation massive de ressources issues du sous-sol ou de la biosphère comme  en attestent les exemples écossais29 ou groenlandais30.  

Dans leur diversité, ces études de cas doivent permettre d’interroger les rythmes, les formes  et l’intensité des formes d’écologisation de la vie politique à différentes échelles, que ce soit à un moment précis, par exemple à l’occasion d’un scrutin spécifique, ou pour retranscrire une  évolution sur une plus longue période. Il sera également possible d’évaluer les effets de ces  processus sur la vie politique locale comme sur la législation nationale. 

Axe 3 – Inertie, résistance et réaffirmation du productivisme 

Si elle ne s’intéresse qu’aux acteurs.trices de la vie politique favorables à la prise en compte d’enjeux environnementaux, la notion d’écologisation risque d’accréditer trop rapidement  l’idée d’une adoption progressive mais irrémédiable de préoccupations environnementales dans  les pays concernés. L’écologisation serait alors le synonyme d’un grand récit de la transition  écologique qui ne saurait être accepté sans recul réflexif et critique. De fait, la multiplication  des études attestant de la dégradation continue et globale des écosystèmes depuis les années  1980 tout comme les travaux autour de la notion de « greenwashing »31 conduisent au contraire  à s’interroger sur les formes de résistance et de recomposition du consensus productiviste32.  

A ce titre, des propositions consacrées à des acteurs.trices politiques critiques à l’égard de la  prise en compte des enjeux environnementaux, qui en minorent la portée au nom d’une autre  approche du développement, par attachement à la primauté de certains intérêts économiques  ou qui mènent un travail de redéfinition conforme à leur approche de la question seront très  précieuses à la compréhension de ces phénomènes.  

Dans cette même perspective, il pourrait également être fructueux de se pencher sur les  discours sur l’écologisme et les écologistes, dans les médias33, dans la sphère intellectuelle34 ou  dans les très nombreux pamphlets35 publiés depuis les années soixante-dix pour en saisir les  figures récurrentes et leurs impacts au sein des sociétés et de la vie politique dans les différents  pays d’Europe.  

1 VILLALBA Bruno, L’écologie politique en France, Paris, La Découverte, 2022 ; SAINTENY Guillaume,  L’introuvable écologisme français ?, Paris, PUF, 2000 ; BOIVIN MICHEL, L’écologie politique en France sous la  Ve République, Marigny, Eurocibles, 2015 ; VRIGNON Alexis, La naissance de l’écologie politique en France. Une  nébuleuse au coeur des années 68, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017. 

2 HANSE Olivier, LENSING Annette, et METZGER Birgit (dir.), Mission écologie. Tensions entre conservatisme et  progressisme dans une perspective franco-allemande/ Auftrag Ökologie. Konservativ-progressive Ambivalenzen  in deutsch-französischer Perspective, Bruxelles, Peter Lang AG, 2018 ; KELLER Thomas, Les verts allemands. Un  conservatisme alternatif, Paris, L’Harmattan, 1993 ; MILDER Stephen, Greening Democracy: The Anti-Nuclear  Movement and Political Environmentalism in West Germany and Beyond, Cambridge, Cambridge University  Press, 2017 ; CARO Céline et VAILLANT Jérôme, « L’écologie politique en Allemagne des origines à nos jours »,  Allemagne d’aujourd’hui, no 202. 

3 LECHAT Benoît, Écolo, la démocratie comme projet. Tome 1 : 1970-1986, du fédéralisme à l’écologie, Namur,  Etopia, 2015. 

4 DUVERGER Timothée, Le Parti socialiste et l’écologie (1968-2011), Paris, Fondation Jean Jaurès, 2011 ; PERSICO Simon, « “Déclarer qu’on va protéger la planète, ça ne coûte rien”. Les droites françaises et l’écologie (1971- 2015) », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, vol. 44, no 2, 2016, pp. 157-186.  5 PERSICO Simon, Un clivage, des enjeux. Une étude comparée de la réaction des grands partis de gouvernement  face à l’écologie, Institut d’études politiques de Paris, 2014. 

6JARRIGE François et LE ROUX Thomas, La Contamination du monde – Une histoire des pollutions à l’âge  industriel, Paris, Le Seuil, 2017 ; VRIGNON Alexis, France grise, France verte. Une histoire environnementale de  la France depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2022.

7 PERSICO Simon, « En parler ou pas ? La place des enjeux environnementaux dans les programmes des grands  partis de gouvernement », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, 2015, pp. 405-428.  8 MORMONT Marc, « Écologisation : entre sciences, conventions et pratiques », Natures Sciences Sociétés, vol. 21,  no 2, 2013, p. 159-160 ; BOULEAU Gabrielle, « Écologisation de la politique européenne de l’eau, gouvernance par  expérimentation et apprentissages », Politique européenne, vol. 55, no 1, 2017, p. 36-59 ; GINELLI Ludovic,  CANDAU Jacqueline, GIRARD Sabine, HOUDART Marie, DELDREVE Valérie et NOUS Camille, « Écologisation des  pratiques et territorialisation des activités : une introduction », Développement durable et territoires. Économie,  géographie, politique, droit, sociologie, vol. 11, n°1, 2020. 

9 BESS Michael, La France vert clair. Ecologie et modernité technologique 1960-2000, Seyssel, Champ Vallon,  2011. 

10 DOBSON Andrew et ECKERSLEY Robyn, Political Theory and the Ecological Challenge, Cambridge, Cambridge  University Press, 2006. 

11 AUDIER Serge, L’âge productiviste : Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques, Paris, La  Découverte, 2019. 

12 MCNEILL J. R. et ENGELKE Peter, The Great Acceleration: An Environmental History of the Anthropocene since 1945, Cambridge, Massachusetts, The Belknap Press, 2016.

13 SAINTENY Guillaume, L’introuvable écologisme français ?, Paris, PUF, 2000 ; MULLER-ROMMEL Ferdinand,  New Politics In Western Europe: The Rise And Success Of Green Parties And Alternative Lists, Boulder, Colo,  Westview Press, 1989 ; RICHARDSON Dick et ROOTES Chris, The Green challenge: the development of Green  parties in Europe, London; New York, Routledge, 1995 ; BURCHELL Jon, The Evolution of Green Politics.  Development and Change within European Green Parties, Londres, Earthscan, 2002. 

14 VRIGNON Alexis, La naissance de l’écologie politique en France. Une nébuleuse au coeur des années 68,  Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017 ; REPAIRE Sébastien, La nature contre l’État ? : construction et structuration de l’écologie politique en France de la fin des années 1970 au début des années 1990, Thèse de  doctorat, Paris, Institut d’études politiques, 2019. JEROME Vanessa, Militer chez les Verts, Paris, Les Presses de  

Sciences Po, 2021 ; VILLALBA Bruno, L’écologie politique en France, Paris, La Découverte, 2022. 15 MILDER Stephen, Greening Democracy: The Anti-Nuclear Movement and Political Environmentalism in West  Germany and Beyond, Cambridge, Cambridge University Press, 2017 ; KELLER Thomas, Les verts allemands. Un  conservatisme alternatif, Paris, L’Harmattan, 1993. PRENDIVILLE Brendan, « British Environmentalism : A Party  in Movement ? », Revue LISA, vol. XII-n°8, 2014. 

16 VAN HAUTE Emilie (dir.), Green Parties in Europe, London ; New York, Ashgate Publishing Company, 2016 ; RICHARDSON Dick et ROOTES Chris, The Green challenge: the development of Green parties in Europe, London;  New York, Routledge, 1995 ; MULLER-ROMMEL Ferdinand, New Politics In Western Europe: The Rise And Success  Of Green Parties And Alternative Lists, Boulder, Colo, Westview Press, 1989. 

17 SILORET Martin, La structuration partisane de l’écologie politique : une comparaison Bretagne-Pays de Galles  (1974-1995), Thèse de doctorat, Rennes 2, 2017 ; REQUET Laurent, La Basse-Normandie : terre de l’écologie  politique ? Du combat des associations environnementales à l’action des partis écologistes (1968-2012), thèse de  doctorat en histoire, Université Caen Normandie, 2017. 

18 HANSE Olivier, LENSING Annette, et METZGER Birgit (dir.), Mission écologie. Tensions entre conservatisme et progressisme dans une perspective franco-allemande/ Auftrag Ökologie. Konservativ-progressive Ambivalenzen  in deutsch-französischer Perspective, Bruxelles, Peter Lang AG, 2018 

19 DOBSON Andrew, Environmental Politics: A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2016. 20 BUTON Philippe, « L’extrême gauche française et l’écologie. Une rencontre difficile (1968-1978) », Vingtième  Siècle. Revue d’histoire, vol. 113, no 1, 2012, p. 191-203. 

21 DUVERGER Timothée, Le Parti socialiste et l’écologie (1968-2011), Paris, Fondation Jean Jaurès, 2011. 22 MICHEL Victor, Le Parti communiste français et l’écologie : une occasion manquée au cœur des années 1968,  Mémoire de master sous la direction de Gilles Richard, Rennes 2, 2020. 

23 FRANÇOIS Stéphane, Les Verts-Bruns. L’écologie de l’extrême droite française, Paris, Le Bord de l’Eau, 2022.

24 Ecorev’, « Soigne ta droite ! Vers une écologie de droite ? », n°19, Printemps 2005. 

25 FRIOUX Stéphane (dir.), Une France en transition. Urbanisation, risques environnementaux et horizon  écologique dans le second XXe siècle, Ceyrézieu, Champ Vallon, 2020. 

26 KERNALEGENN Tudi, Luttes écologistes dans le Finistère : Les chemins de l’écologie, Fouesnant, Yoran  Embanner, 2006 ; KERNALEGENN Tudi, Histoire de l’Écologie en Bretagne, Rennes, Goater Editions, 2014. 27 LEFEVRE Marianne, « Écologie et géopolitique en Corse », Hérodote, vol. 100, no 1, 2001, p. 32-54. 28 FERDINAND Malcom et MANGLOU Mélissa, « Penser l’écologie politique depuis les Outre-mer français »,  Écologie & politique, vol. 63, no 2, 2021, p. 11-26. 

29 De telles interrogations ont pu être observées dans d’autres espaces géographiques. Cf. LYNCH Peter, SNP: The  History of the Scottish National Party, Cardiff, Welsh Academic Press, 2013. 

30 DUC Marine, « L’extractivisme sans extraction ? Au Groenland, des politiques de développement territorial entre  volontarisme minier et dépossessions », Géoconfluences, 14/11/17.

31 BERLAN Aurélien, CARBOU Guillaume et TEULIERES Laure, Greenwashing. Manuel pour dépolluer le débat  public, Paris, Seuil, 2022. 

32 AUDIER Serge, L’âge productiviste : Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques, Paris La  Découverte, 2019. 

33 SALMON Patrick, Les écologistes dans les médias : de René Dumont à Dominique Voynet, Paris, Harmattan,  2001. 

34 VILLALBA Bruno, Les Collapsologues et leurs ennemis, Paris, Le Pommier, 2021. 

35 Pour ne citer que deux exemples à plus de quarante ans d’intervalle, LAMOUR Philippe, L’écologie, oui, les  écologistes, non, Paris, Plon, 1978 ; DURIEUX Bruno, Contre l’écologisme : Pour une croissance au service de  l’environnement, Paris, Editions de Fallois, 2019.


Modalité de soumission des propositions 

Les propositions (2 000 signes ainsi qu’une courte biographie) pourront être envoyées avant  le 1er juillet 2023 à l’adresse suivante : alexis.vrignon [at] univ-orleans.fr 

Le colloque se tiendra à Orléans du 24 au 26 avril 2024. Les frais d’hébergement seront pris  en charge. J’invite celles et ceux qui auraient des difficultés à financer le déplacement à me  contacter pour qu’une solution puisse être trouvée.  


Organisation

Alexis Vrignon, maître de conférences à l’Université d’Orléans 

Comité scientifique 

Anne-Claude Ambroise-Rendu, professeur d’histoire contemporaine, Université de Versaille Saint-Quentin 

Renaud Bécot, maître de conférences en histoire contemporaine, IEP de Grenoble

Cécile Blatrix, professeur de science politique, AgroParisTech 

Noëlline Castagnez, professeur d’histoire contemporaine, Université d’Orléans

Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine, Université de Paris-Sorbonne

Stéphane Frioux, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lyon II

Annette Lensing, maîtresse de conférences en études germaniques, Université de Caen Normandie 

Gilles Richard, professeur émérite en histoire en contemporaine, Université de Rennes II



Citer ce billet
sfhpol (2023, 25 mai). Appel à communications : colloque “L’écologisation de la vie politique depuis 1945 (France – Europe)”, Orléans, 24-26 avril 2024. Société française d'histoire politique. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3mk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search