Tribune : « On ne suscitera pas de nouvelles vocations d’enseignants en réduisant la formation disciplinaire des candidats »

La SFHPo a signé cette tribune collective de sociétés savantes universitaires et d’associations disciplinaires de l’enseignement secondaire opposées à la décision de déplacer le concours du capes à bac + 3 au lieu de bac + 5

Le gouvernement cherche à faire passer à la hussarde une réforme des concours de recrutement et de l’ensemble de la formation des professeurs certifiés des collèges et des lycées (capes) alors que depuis plusieurs mois de nombreuses instances du monde de l’éducation démontrent les risques d’un tel projet pour la formation des enseignants et donc des élèves.

Aussi, samedi 25 mai, s’est tenue à la Sorbonne une réunion extraordinaire de 33 sociétés savantes et associations de professeurs de l’enseignement secondaire, de membres du Conseil national des universités et de jurys de concours (capes et agrégation) déterminés à exprimer leur profond désaccord avec ce projet d’« école normale du XXIe siècle » et avec la méthode employée pour l’imposer, sans concertation et sous la forme d’injonctions autoritaires d’un autre temps.

Concrètement : en faisant passer de la 5e année (master 2) au milieu de la 3e année (licence 3) les épreuves du capes, le gouvernement fait le choix d’un effondrement de la formation disciplinaire des candidats.

Pourquoi alors un choix aussi aberrant ? Il s’agit d’une tentative désespérée pour compenser la désaffection des étudiants pour les concours d’enseignement (près de 20 % de places non pourvues au capes en 2022 et 2023). A cela s’ajoutent des démissions massives : 491 en 2012-2013, mais 2 978 en 2021, dont près du quart (692) d’enseignants stagiaires. Démunis dans leurs savoirs disciplinaires, ces jeunes enseignants seront plus nombreux encore à démissionner. En plaçant les épreuves des concours plus tôt, le gouvernement ne vise donc qu’à toucher un vivier plus large de candidats.

Cette réforme vise aussi à attirer de nouveaux professeurs en faisant miroiter une rétribution de quelques centaines d’euros – n’ouvrant pas de droits pour la retraite –, qui revient de fait à sous-payer les jeunes professeurs pendant les deux premières années qui suivront la réussite du concours.

En outre, conscient de la faiblesse disciplinaire des nouveaux professeurs, le projet qui se profile prévoit deux années après le concours au cours desquelles ces professeurs stagiaires auront à mener de front leur formation pédagogique, la prise en charge de leurs classes, mais aussi le renforcement des connaissances dans leur matière : cela est tout simplement irréalisable.

La multiplication incessante des réformes des concours de recrutement démontre l’inefficacité de choix politiques précipités et illisibles. Ce dernier projet est l’assurance d’une diminution brutale de la formation disciplinaire. Il met en péril la qualité de l’apprentissage des futurs élèves. Précariser la formation des jeunes revient à précariser leur avenir.

Choix politiques inefficaces

Mais à quel prix pour les futurs élèves ? Cette stratégie catastrophique annonce un effondrement des connaissances disciplinaires des futurs professeurs : plutôt que de mettre devant les élèves des enseignants compétents, on se contente de recruter des adultes pour diffuser un savoir minimal. Et si certains jurys jugent aujourd’hui que les étudiants de 5e année n’ont pas un niveau suffisant en ne pourvoyant pas tous les postes du capes, qui peut croire que le niveau des étudiants de 3e année sera meilleur ?

(…)

Nous exigeons l’abandon de ce projet et une remise en chantier concertée de cette réforme. A quelques jours des élections européennes, le gouvernement ne peut pas condamner les enseignants français à être parmi les moins bien formés d’Europe.

Une autre voie, intelligente et concertée, est possible. Nous, présidentes et présidents des sociétés savantes et d’associations de l’enseignement secondaire, avec le soutien du Conseil national des universités et des jurys de concours, voulons enrayer la désaffection des jeunes générations pour un métier passionnant garant d’une équité républicaine. Car enseigner, c’est d’abord la passion d’un métier et le désir de transmettre son goût pour une discipline. On ne suscitera pas de nouvelles vocations en réduisant la formation disciplinaire des candidats aux concours car on ne résout pas un problème de recrutement en déqualifiant intellectuellement et statutairement un métier.

Liste l’article en entier et la liste des signataires sur le site du Monde.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sfhpol (10 juin 2024). Tribune : « On ne suscitera pas de nouvelles vocations d’enseignants en réduisant la formation disciplinaire des candidats ». Société française d'histoire politique. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sdx


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search