Congrès de Tours vu « à la base »

Jean Vigreux, professeur Histoire contemporaine à l’université de Bourgogne (Centre Georges Chevrier) et directeur de la MSH de Dijon nous présente ce projet de recherche en cours.

La SFHPo a lancé une recherche particulière sur le Congrès de Tours, qui pourrait à terme, fédérer plusieurs équipes, institutions ou fondations. Dans le cadre du centenaire de la naissance du PCF fin 2020, où l’on aura différentes publications ou expositions, la SFHPo se propose d’organiser des journées d’études qui pourront déboucher sur une publication (électronique ou papier).

Il s’agit de revisiter le Congrès de Tours vu d’en bas, à partir des fédérations de la SFIO en 1920 (un échantillon large même si l’on ne touchera pas l’ensemble du territoire national, est envisagé), en portant le regard sur les délégués présents à Tours, leurs votes, leurs participations aux débats (ou pas), leurs témoignages (reconstruits ou pas), mais aussi leur(s) retour(s) de Tours et sur Tours.

En partant de la richesse du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (le Maitron), mais aussi des travaux régionaux, tant dans leur dimension sociologique que politique, le projet part des fédérations, de l’échelle départementale, pour saisir l’importance du congrès (les rapports de force en fonction des motions, mais en évoquant aussi la sociologie du parti à l’échelle locale). Une telle approche permettra de revisiter l’historiographie (Annie Kriegel, Aux origines du communisme français, 1914-1920, Paris-La Haye, Mouton, 1964 ; Jean Charles et alii, Le Congrès de Tours, Paris, Éditions sociales, 1980) en s’appuyant sur les travaux stimulants de Romain Ducoulombier (Cama­rades ! La naissance du parti communiste, Paris, Perrin, 2010), sans oublier Julien Chuzeville, Un court moment révolutionnaire : la création du parti communiste en France (1915-1924), Paris, Libertalia, 2017.

L’historiographie traditionnelle du communisme français insiste sur la place des ruraux, et en particulier celle des paysans pour l’adhésion à la Troisième internationale, lors du Congrès de Tours de la SFIO ; ces votes importants issus des délégués des départements ruraux pour l’adhé­sion au Komintern, soulignés par Annie Kriegel, méritent d’être ana­lysés finement. Qui sont ces ruraux ? Quel est le poids des paysans parmi ces militants ruraux ? Et, surtout, quel est le poids de ces ruraux au sein de la SFIO au regard de fédérations comme celles du Nord ou de la Seine beaucoup plus urbaines et ouvrières ? Il faut aussi s’interroger sur les formules de ce type : « Marmet (Ain) : “La majorité des mandats est […] essentielle­ment rurale…”. Bailly (Nièvre) : “Le paysan morvandiau ne craint pas la Révolution, mais il veut l’organiser. Nous avons fait confiance aux militants de la Troisième Internationale”. Nouelle (Saône-et-Loire) : “[…] dans les campagnes, d’une façon à peu près unanime, on a voté pour la motion Cachin” »[1].

Même si des signes importants de radicalisation de la paysannerie étaient perceptibles comme dans le Lot-et-Garonne : « dès février 1920 au congrès socialiste de Strasbourg, Bourdas, délégué de Lot-et-Garonne, souligne l’intérêt des “masses rurales (de son département) pour la révolution bolchevique”. Lors du congrès de Tours en décembre, les leaders paysans, puis à l’issue de ce congrès les délé­gués paysans, se prononcèrent pour l’adhésion à la IIIe Internationale sur la base des 21 conditions. D’ailleurs, la 5e condition portait sur la nécessité de s’appuyer sur les masses laborieuses paysannes contre la propriété bourgeoise : une sorte de préfiguration de l’alliance ouvrier-paysan. Renaud Jean fut désigné, avec Pérou, comme délégué de Lot-et-Garonne au congrès de Tours. Il fit basculer la majorité des délégués ruraux dans le camp des communistes »[2].

Toutefois, cette part paysanne de l’adhésion n’est pas toujours vérifiée, loin s’en faut ; ainsi, dans le Cher, Claude Pennetier a pu souligner en son temps la complexité de toute généralisation, sou­vent liée au discours des congressistes à Tours ; contrairement aux déclarations de Lerat, délégué au congrès, ce ne sont pas les ruraux qui sont majoritaires dans ce mouvement d’adhésion, mais « les ouvriers d’usine qui représentent 45 % des militants fondateurs de la Fédération communiste du Cher et des ouvriers ruraux (14 %) »[3].


[1] Philippe Gratton, Les luttes de classes dans les campagnes, Paris, Éditions Anthropos, 1971.

[2] AD 47, cité dans Jean Vigreux, La faucille après le marteau. Le communisme aux champs dans l’entre-deux-guerres, Besançon, PUFC, 2012, p. 129.

[3] Claude Pennetier, Le socialisme dans le Cher 1851-1921, La Charité, Éditions Delayance et de la MSH, 1982, p. 262.

Départements (fédérations)Nombre de délégués Etude en cours 
Ain 39 
Aisne 20 
Allier 36 
Basses Alpes 15 
Hautes-Alpes 4 
Alpes-Maritimes 12 
Ardèche 16 
Ardennes 31 
Ariège 10 
Aube 66X
Aude 31 
Aveyron15 
Bouches-du-Rhône130X
Calvados24X
Cantal5 
Charente29X
Charente-Inférieure46X
Cher31 
Corrèze48X
Corse12 
Côte-d’Or42X
Côtes du Nord 4X
Creuse26 
Dordogne48X
Doubs33 
Drôme65 
Eure5 
Eure-et-Loir18 
Finistère36X
Gard110X
Haute-Garonne26 
Gers8 
Gironde89X
Hérault25 
Ille-et-Vilaine15X
Indre23 
Indre-et-Loire 71X
Isère51 
Jura38 
Landes6X
Loir-et-Cher21 
Loire68X
Haute-Loire5 
Loire-Inférieure37 
Loiret25 
Lot18 
Lot-et-Garonne26X
Lozère7 
Maine-et-Loire18 
Manche9 
Marne24 
Haute-Marne12 
Mayenne9 
Meurthe-et-Moselle19 
Meuse3 
Morbihan16X
Moselle76 
Nièvre44X
Nord  
Oise47 
Orne10 
Pas-de-Calais479X
Puy-de-Dôme34 
Basses-Pyrénées20 
Hautes-Pyrénées6 
Pyrénées-Orientales19 
Bas-Rhin121 
Bas-Rhin Belfort26 
Haut-Rhin-Mulhouse101 
Rhône101 
Haute-Saône9 
Saône-et-Loire77X
Sarthe17 
Savoie12 
Haute-Savoie11 
Seine721 
Seine et Oise 171 
Seine-Inférieure  
Seine-et-Marne  
Deux-Sèvres X
Somme  
Tarn  
Tarn-et-Garonne  
Var X
Vaucluse X
Vendée  
Vienne X
Haute-Vienne X
Vosges  
Yonne X
   
   
Colonies   
Alger15X
Constantine19X
Oran1X
Tunisie   
Indochine X

Calendrier : 15 janvier 2020 : premier bilan du groupe de recherche sur le Congrès de Tours. La réunion de travail se tiendra à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente – 75006 Paris, de 14 h 17 h, salle D223. Puis suivront deux étapes, l’une à Dijon (15 mai 2020), l’autre à Tours en décembre 2020.

Cette enquête vous intéresse et vous souhaitez contribuer au projet ? Contactez-nous.

Liens internet :

Pour télécharger la numérisation du congrès de Tours (SFIO) sur Gallica (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k215450z/f1.image)

https://jean-jaures.org/nos-productions/decembre-1920-la-scission-du-congres-de-tours

https://www.cinearchives.org/films-494-0-0-0.html?type=fulltext&search=congr%E8s+de+tours&x=0&y=0

https://www.cinearchives.org/Autres-fonds-audiovisuels–599-0-5-0.html