Gilles Richard, Réflexions sur l’histoire culturelle du politique. Plaidoyer pour un recentrage du regard sur les partis (2015)

Référence : Richard, Gilles, Réflexions sur l’histoire culturelle du politique. Plaidoyer pour un recentrage du regard sur les partis dans Luc Capdevila et Patrick Harismendy (dir.), L’engagement et l’émancipation. Ouvrage offert à Jacqueline Sainclivier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 253-264 [cliquer ici pour lire la version PDF].

            Les années 1980 furent le point de départ d’un indéniable renouveau de l’histoire politique en France. Le processus, impulsé par René Rémond, eut pour double épicentre l’Institut d’études politiques de Paris et l’université de Paris X-Nanterre. Les historiens réunis autour de celui qui présidait depuis 1981 la Fondation nationale des sciences politiques[1], étaient animés, malgré des parcours et des engagements divers, par une commune volonté : redonner son lustre à l’étude historique des phénomènes politiques contemporains, discréditée pendant des décennies par l’école des Annales, surtout depuis que Fernand Braudel en était devenu la figure dominante. Enjeux, concepts, méthodes et perspectives de leur entreprise furent exposés dans deux ouvrages collectifs, parus à une dizaine d’années de distance aux éditions du Seuil dans la collection « L’univers historique » : Pour une histoire politique, sous la direction de René Rémond en 1988, et Les cultures politiques en France, sous la direction de Serge Berstein en 1999. À ces deux livres, il convient d’ajouter les actes du colloque organisé par le Centre d’histoire de l’Europe du XXe siècle les 5, 6 et 7 décembre 1996, publiés sous la direction de Serge Berstein et de Pierre Milza aux Presses universitaires de France (collection « Politique aujourd’hui ») en 1998 sous le titre Axes et méthodes de l’histoire politique. Les recherches et réflexions exposées dans ces trois ouvrages eurent une telle influence que leur appropriation raisonnée demeure aujourd’hui encore une étape incontournable pour qui prétend faire de l’histoire politique.

            Je me propose ici de présenter de façon synthétique comment je me situe par rapport à un quart de siècle de recherches auxquelles j’ai, avec beaucoup d’autres, contribué. Une série de remarques sur le vocabulaire de la politique me permettra d’abord de présenter la manière dont j’interprète les enjeux auxquels étaient confrontés les historiens réunis autour de René Rémond ; puis je montrerai comment le dialogue ou la confrontation entre politistes et historiens conduisirent ceux-ci à mettre en avant le concept de culture politique, repris – pas toujours à bon escient – par tout le monde aujourd’hui ; je présenterai enfin les raisons qui plaident, selon moi, en faveur d’un recentrage du regard sur les partis politiques.

La politique est-elle comme la guerre ? Le troublant problème du vocabulaire

            Il faut d’emblée souligner à quel point les historiens, au même titre que les politistes, les sociologues, les journalistes, mais aussi les élus et l’ensemble des citoyens, sont dépendants d’un vocabulaire très spécifique lorsqu’ils parlent de la politique. Un vocabulaire qui appartient plus que jamais de nos jours au registre de la guerre, ce qui ne manque pas de troubler si l’on admet que la France est un pays en paix depuis plus d’un demi-siècle.

            Adversaire ; (s’)affronter, affrontement ; aile (droite ou gauche) ; aligné, (s’)aligner, alignement ; allié, alliance, s’allier ; assaut ; attaque, attaquer ; avant-garde et arrière-garde ; banderole[2] ; bastion ; bataille, (gros) bataillons ; battre, battu ; camp ; campagne ; chef ; combat, combattre ; conflit, conflictuel ; conquête, conquérir, conquis ; coups ; décrochage, décrocher (dans les sondages, par exemple) ; défaite ; défense, défendre, défensif ; défilé, défiler ; déserter, désertion ; drapeau (déployé… ou mis dans la poche) et porte-drapeau ; duel ; (en) embuscade ; (r)emporter ; (s’)engager, engagé(e), engagement ; ennemi ; enrégimenter, enrégimentement ; enrôler, enrôlement ; étendard ; état-major ; franc-tireur ; force(s) ; forteresse ; front/Front, frontal ; ligne ; lieutenant ; lutte, lutter ; manœuvre, manœuvrer ; militant (de miles, militis en latin : le soldat), militer, militantisme ; mobiliser, mobilisation ; mort (politique) ; mouvement ; neutre, neutraliser, neutralité, « neutralisme » ; occuper, occupation ; (contre-)offensive, offensif ; pactiser ; partisan ; percée, percer ; perdre, perdu, perte ; place forte ; plan, planifier ; prendre, prise ; polémique (de polemos en grec : la guerre) ; prendre (une) position, position clé, guerre de position ; quadriller (une circonscription, par exemple), quadrillage ; rallié, (se) rallier, ralliement/Ralliement ; rangs, ranger (en ordre de bataille) ; rapport(s) de(s) force(s) ;  recrue, recruter ; renversement (d’un rapport de force, par exemple), renverser ; repli, se replier ;  réserves (de voix) ; retraite ; revanche ; revers ; s’emparer ; sabotage, saboter ; section ; slogan (« cri de guerre » en vieux gaélique)[3] ; stratège, stratégie ; tacticien, tactique ; terrain ; tomber ; trahir, trahison, traître ; trêve ; triomphe, triompher ; troupes ; vaincre, vaincu, vainqueur ; victoire, victorieux.

            Cette longue liste de plus de 140 mots couramment employés de nos jours semble confirmer, à près de deux siècles de distance, la célèbre formule de Carl von Clausewitz, général et théoricien militaire prussien, dans son ouvrage posthume intitulé De la guerre : « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens »[4]. Doit-on en déduire que malgré toutes les mutations de grande ampleur que la France a connues depuis la Révolution et l’Empire, moment fondateur de la vie politique contemporaine, rien n’aurait vraiment changé ? Que survivrait toujours la confusion entre guerre et politique, incarnée sous l’Ancien Régime dans la personne du roi, à la fois monarque absolu et chef de guerre, avec la bénédiction de l’Église à travers le sacre à Reims ? Que se maintiendrait dans la France d’aujourd’hui, sous l’écume des événements innombrables, un principe atemporel de la vie humaine en société, illustré naguère avec humour dans Le Canard enchaîné par la célèbre  chronique « La Cour », tenue chaque semaine de 1960 à 1969 par Roger Fressoz et Roland Moisan, caricaturant Charles de Gaulle sous les traits de Louis XIV tandis que les allocutions radiotélévisées du président de la République étaient introduites par le prélude du Te Deum de Marc-Antoine Charpentier, compositeur du Roi-soleil ?

            On ne peut pourtant que constater l’indéniable pacification de la vie politique française depuis le triomphe des républicains dans la décennie 1879-1889. Une pacification qui se mesure concrètement au nombre de morts dans les manifestations, grèves, émeutes et insurrections aux XIXe et XXe siècles : des dizaines de milliers de 1815 jusqu’à la Commune de Paris, dont la répression au printemps 1871, lors de la « Semaine sanglante », marqua l’apogée des bains de sang politiques dans la France contemporaine[5] ; quelques centaines tout au plus depuis cette date. La consolidation de la IIIe République aurait alors changé les choses en profondeur, donnant raison à Victor Hugo qui écrivait dans Les Misérables : « le suffrage universel a cela d’admirable qu’il dissout l’émeute dans son principe, et qu’en donnant le vote à l’insurrection, il lui ôte l’arme. L’évanouissement des guerres, de la guerre des rues comme de la guerre des frontières, tel est l’inévitable progrès »[6].

            De cette disjonction progressive entre guerre et politique, d’aucuns, dans la lignée de Norbert Elias[7], croient trouver une preuve dans l’usage grandissant du vocabulaire sportif plutôt que du vocabulaire guerrier pour parler de la politique : arbitre, arène, compétition, joute, match, score, tournoi, etc. L’ancien chef de l’État Jacques Chirac est dans ce registre quand, dans le premier tome de ses Mémoires, il compare longuement la politique au sumo[8]. Il est toutefois bien difficile de tirer de cette observation une conclusion certaine si l’on se réfère à la définition que George Orwell donnait du sport au sortir de la Deuxième Guerre mondiale : « le vrai sport n’a rien à voir avec le fair play. C’est plein de haine, de jalousie, de vantardise, de mépris des règles et d’un plaisir sadique à regarder la violence. En d’autres mots, c’est la guerre sans la mitraille »[9]. La place occupée par la chasse dans la vie des hommes de pouvoir ne fait qu’ajouter à la confusion des genres, depuis le Livre de chasse de Gaston Phébus, comte de Foix au XIVe siècle, jusqu’aux safaris africains du président Valéry Giscard d’Estaing – l’escalier d’honneur de son hôtel parisien s’orne de deux impressionnantes défenses d’éléphant disposées en arc de triomphe.

            Outre la confirmation qu’il est indispensable de réfléchir aux mots qu’on emploie, tant ils influent sur la façon de penser, la principale leçon à tirer de ce qui précède est qu’au-delà de ses infinies péripéties, il existe très probablement dans l’histoire politique des invariants, quels que soient les lieux et les époques sur lesquels on porte le regard. Comment les historiens font-ils face à cette donnée, eux pour qui la dimension temporelle de la vie humaine en société est fondamentale car porteuse d’évolutions, plus ou moins profondes, et de ruptures, plus ou moins brutales, qui empêchent de penser les sociétés humaines sur le mode de l’éternel retour ?

Une histoire culturelle du politique

            Le politiste Michel Hastings[10] a présenté ce problème des invariants en politique de façon tout à la fois provocatrice et drôle lors de la leçon inaugurale qu’il donna à la Faculté de droit, d’économie et de sciences sociales de Tours le 10 octobre 1995, quelques mois après l’entrée de Jacques Chirac à l’Élysée. Par le titre de sa leçon – « La politique au pays des merveilles » – il se plaçait ouvertement dans le sillage des réflexions de Georges Burdeau sur la part d’irrationnel, « la magie » qui existent dans les activités politiques[11]. « Qu’y a-t-il de fondamentalement différent entre d’un côté Alain Juppé qui lors de son investiture récente à la présidence du RPR invoque les mannes gaullistes et appelle les militants à renouer avec les vertus du grand homme disparu, et d’un autre côté le chef Koleka, une tribu de Papouasie, qui pour acquérir toute l’autorité de sa fonction, mange la cervelle de son prédécesseur ? Qu’y a-t-il de radicalement différent entre, ici, la mise autour du cou du tout nouveau président de la République du cordon de Grand-Croix de la Légion d’honneur et, là, l’offre au chef des Guaranis, peuple indien du Paraguay, d’un os de casoar dont il se perce la lèvre inférieure ? Finissons-en avec l’ethnocentrisme et admettons que les ressemblances l’emportent ».

            Les politistes, avides lecteurs des philosophes, des psychanalystes, des anthropologues et des ethnologues, des historiens aussi, se plaisent à souligner l’importance en politique des mythes, des symboles et des rites, des affects comme la peur de l’autre, l’incertitude du futur, le doute sur son identité, l’amour du grand homme, la ferveur, la séduction, la haine, etc., quels que soient les lieux et les époques[12]. Et d’en conclure, à juste titre, que s’il y a bien des sociétés sans État, il n’y a pas de société sans pouvoir, donc sans politique. Sous des formes certes infiniment variées, toutes connaissent des pratiques de domination, avec leurs mécanismes de légitimation et leurs procédures d’occultation de la violence qu’induit nécessairement l’exercice du pouvoir, lui-même nécessaire pour échapper au désordre consubstantiel à toutes les sociétés humaines. Ne sont-elles pas en effet toutes confrontées au problème fondamental de leur survie qui requiert leur unité alors qu’elles sont pétries de contradictions et intrinsèquement hétérogènes à cause des différences de sexe, d’âge, de richesse, d’origine, etc. qui s’y observent[13]? Ce constat en appelle immédiatement un autre sur le consentement des êtres humains au pouvoir qu’Étienne de La Boétie remarquait déjà au XVIe siècle : comment comprendre que « tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent »[14]?

            Les historiens du politique rassemblés il y a une trentaine d’années autour de René Rémond prirent à bras-le-corps ces questionnements venus pour l’essentiel d’autres sciences humaines et sociales. Sur la base de leur expérience propre et des règles de la méthode historique, ils s’emparèrent de la longue tradition sociologique et anthropologique d’étude des cultures pour penser les phénomènes politiques en conciliant permanences et changements.

            Serge Berstein exposa les enjeux de cette démarche dans l’introduction de l’ouvrage déjà évoqué qu’il dirigea[15]. Au départ, un refus : celui d’une histoire politique, violemment décriée par les tenants de l’école des Annales[16], consistant à « dresser une chronique événementielle, à aligner des nomenclatures d’hommes et d’organisations, à se contenter de rédiger avec érudition l’acte notarié du passé ». Et un but : comprendre « l’acte politique, phénomène complexe s’il en est », « les raisons [pour lesquelles] des groupes d’hommes se sentent plus proches d’une force politique plutôt que d’une autre, votent en tel sens ou de manières différentes, ont, quasi spontanément, en face d’événements présents ou passés la même grille de lecture ». Prétendant dépasser les méthodes de la sociologie électorale, fondée sur l’étude des sondages d’opinion, l’histoire politique renouvelée souhaitait embrasser une période beaucoup plus vaste que celle couverte par les dits-sondages (l’IFOP, Institut français d’opinion publique, fut fondé en 1938 par Jean Stoetzel après sa rencontre avec George Gallup aux États-Unis) en remontant jusqu’à la Révolution, voire au-delà.

            Qu’est-ce qu’une culture politique ? C’est « l’ensemble des représentations, porteuses de normes et de valeurs, qui constituent l’identité des grandes familles politiques ». Cela implique une « vision globale du monde et de son évolution, de la place qu’y tient l’homme et, du même coup, de la nature même des problèmes du pouvoir ». Chaque vision du monde s’inscrit dans l’histoire sous forme de références historiques, « collection d’images d’Épinal fournissant une provision quasi inépuisable de dates clés, de textes fondateurs, d’événements symboliques, une galerie de grands hommes dont l’intérêt réside dans l’exemplarité supposée dont ils sont porteurs ». À cela s’ajoute « une image de la société idéale et de la place qu’y tient l’homme ».

            Comment s’exprime une culture politique ? À travers de nombreux « vecteurs de diffusion du message ». Des « mots » tout d’abord, « souvent codés, disant plus que ce qu’ils signifient couramment, où le non-dit recouvre de riches arrière-plans, où chacun comprend à demi-mot parce qu’il connaît les clés d’interprétation ». Des « réseaux de sociabilité » qui construisent « la cohésion de groupe ». Des « symboles », « expression résumée mais puissamment parlante des cultures politiques sous-jacentes », qui « parlent d’eux-mêmes et tiennent à celui qui les aperçoit un long discours où se mêlent les souvenirs, l’imaginaire, les émotions, l’adhésion ou le rejet ». Des « rituels » enfin, « adaptation des sources sacrées du politique à la laïcisation dont il est porteur », qui jouent, au-delà de la raison et du discours, sur « le sentiment et la psychologie collective »[17].  « Produit de l’histoire », chaque culture politique naît « en fonction de circonstances particulières », de « grandes crises qui affectent le groupe ». Elle « s’élabore en se complexifiant », se diffuse par des canaux multiples (famille, école, armée, médias, etc.) et se transforme « par l’apparition de données nouvelles », « les données d’origine [devant] perpétuellement composer avec les problèmes du présent » et tenir compte des « autres cultures politiques ».

            L’apport de cette « histoire culturelle du politique », comme la nomma Jean-François Sirinelli, qui s’élabora à peu près en même temps que s’affirmait l’histoire du temps présent[18], n’est aujourd’hui plus à démontrer. Elle rendit notamment à nouveau possible, et ce ne fut pas le moindre de ses mérites, le dialogue avec la science politique. Elle apporta aussi une réponse originale et forte au problème des invariants en politique en acceptant résolument de les prendre en compte sans renoncer à les inscrire dans le temps. Elle n’en mérite pas moins d’être soumise à examen.

Les partis, acteurs centraux de l’histoire politique

            Notons d’abord que la question des transferts à l’échelle européenne et mondiale, sans être ignorée et moins encore niée, reste un objet de recherche encore peu pris en compte par les historiens du politique[19]. Ce devrait être une des pistes prometteuses à emprunter dans les années à venir, Olivier Dard étant à ce jour le plus entreprenant en la matière parmi les historiens du politique en France[20]. Si le concept de culture politique n’empêche pas, bien au contraire, l’étude des transferts, sa définition à prétention totalisante laisse néanmoins sans solution un problème essentiel qu’il faut prendre le temps d’appréhender.

            Serge Berstein l’énonçait sans détour dans la conclusion de l’ouvrage déjà longuement cité : « les pages qui précèdent sont fondées sur le postulat que, dans l’acte politique, au-delà des réalités objectives qu’il ne s’agit pas de minorer, les représentations jouent un rôle essentiel et que c’est plus l’image qu’un individu se fait d’un événement que l’événement lui-même qui est susceptible de le mobiliser et de le pousser à agir »[21]. Cette idée qu’il y aurait d’une part des réalités objectives et d’autre part des représentations diverses de ces réalités, celles-ci l’emportant sur celles-là dans les chaînes causales établies par les historiens, ne leur est pas spécifique. On la retrouve exprimée de façon presque aussi abrupte chez nombre de politistes. Ainsi Michel Hastings exprimait la même idée dans sa leçon inaugurale précédemment évoquée : « combien de temps faudra-t-il encore attendre avant de reconnaître qu’en politique, le travail [des hommes politiques] sur les représentations du réel prime sur le travail sur les situations concrètes ? ». Formule à laquelle Pierre Bourdieu semble faire écho dans Langage et pouvoir symbolique : « ce sont souvent les mots qui font les choses dans le monde social »[22].

            À cette conception des choses que les « communicants » de tout poil ont tant contribué à diffuser, une autre conception me semble opposable, plus « efficace » car porteuse d’une définition plus dialectique du réel. C’est celle que l’historienne Michelle Perrot énonça il y a près de quarante ans dans un article des Annales sur l’histoire des prisons : « l’interférence du ‘discours’ et du ‘fait’ criminels fait toute la difficulté d’une telle étude [celle des prisons]. L’un et l’autre constituent le réel et il est sans doute vain de se demander qui précède l’autre, tant ils s’enchevêtrent. Il y a donc, pour l’historien, un double écueil à éviter : l’étude positive des statistiques criminelles ; l’étude purement idéologique du Code et de son fonctionnement. (…) La tâche de l’historien serait donc de s’attacher aux changements et à leur processus pour tenter d’y saisir le rôle des diverses instances et de toutes les médiations »[23]. Nul doute qu’on puisse élargir cette conception du réel bien au-delà de la seule histoire des prisons.

            L’élaboration historienne du concept de culture politique se fit dans un but polémique ouvertement revendiqué : lutter contre « le déterminisme sociologique du marxisme traditionnel ou de ses succédanés contemporains »[24]. Un but parfaitement légitime au vu des impasses dans lesquelles conduisit trop souvent ce « sociologisme », mais qui incita sans doute à tordre outre mesure le bâton dans l’autre sens. La définition du réel telle que Michelle Perrot la formula me semble atteindre le même but mais sans verser dans l’excès inverse consistant à noyer la définition du politique dans un grand « tout culturel », sans fond et sans rivages. On entrevoit d’ailleurs ce danger dans l’Histoire des droites en France que Jean-François Sirinelli dirigea il y a une vingtaine d’années[25], où les partis sont étudiés pour eux-mêmes non pas dans le premier volume consacré à la Politique mais dans le deuxième, consacré aux Cultures, dans la partie intitulée « Rassembler » où se succèdent trois chapitres : « Le parti »[26], « La ligue » et « Le salon ».

            Considérer le concept de culture politique comme l’alpha et l’oméga de la compréhension du « phénomène politique » risque de faire oublier que la vie politique n’existe que dans un rapport dialectique entre une « offre » et une « demande », si j’emprunte les mots des économistes tout en faisant écho à la définition de Max Weber du parti comme « entreprise ». Dit autrement, l’étude des cultures politiques ne peut suffire à faire toute la lumière dans la boîte noire qu’est a priori le choix politique d’un individu, ce que l’on nomme souvent le « secret de l’isoloir » depuis son instauration obligatoire dans les bureaux de vote en 1913[27]. En effet, si tous les individus sont indéniablement porteurs d’une certaine culture politique, dont la cohérence est toutefois fort variable de l’un à l’autre, ils ne peuvent au bout du compte, en régime démocratique, que voter pour les candidats qui sont officiellement en lice, sauf à s’abstenir ou à déposer dans l’urne un bulletin blanc ou nul, non pris en compte dans la répartition des sièges, c’est-à-dire du pouvoir. L’exemple d’Étienne Bertin, métayer dans le Bourbonnais né en 1823 et immortalisé par Émile Guillaumin au début du XXe siècle[28], aide à comprendre ce qui est finalement en jeu dans l’examen critique de l’histoire culturelle du politique. Celui qu’on surnommait « Tiennon » dans son village, bien qu’il fût un républicain convaincu qui passa au radicalisme à la fin de sa vie, ne put jamais voter que pour le candidat que son propriétaire lui imposait en lui distribuant le « bon » bulletin à l’entrée de la mairie le jour de l’élection. Une « réalité objective » – un « fait » pour reprendre le mot de Michelle Perrot – qui résista à toutes les représentations que le paysan pouvait avoir.

            Et nous voici face à la question centrale de l’histoire politique qu’il ne faut jamais perdre de vue : qui exerce le pouvoir dans une société donnée ? Question centrale qui en induit automatiquement deux autres, corollaires obligés : pourquoi et comment ? Pour y répondre dans le cadre de la société française contemporaine, nous ne pouvons que constater, depuis la création des premiers clubs révolutionnaires, le caractère incontournable[29] des partis dans la vie politique et, par là-même, la nécessité de les mettre au centre de l’histoire politique. Cette nécessité est aussi, soyons-en bien conscients, un défi considérable. Écrire l’histoire des partis est en effet une tâche éminemment délicate car l’accès aux sources est toujours problématique, parfois même pour les partis aujourd’hui disparus ou moribonds : les enjeux de pouvoir pèsent d’un poids autrement plus lourd que ceux de la recherche[30]. Faut-il voir dans cet état de choses une des causes du faible nombre de thèses d’histoire portant sur les partis ?

            Sans revenir sur les travaux pionniers de Moiseï Iakovlevitch Ostrogorski, Robert Michels et Max Weber[31] qui, bien que publiés il y a environ un siècle, demeurent fondamentaux, ni sur les innombrables études des politistes et des sociologues[32], j’énoncerai ainsi ce qui me semble l’essentiel. Tel le dieu romain Janus, dit bifrons, le parti a un double visage, un double registre d’existence et une double fonction. Enraciné dans la société par ses adhérents, dont la sociologie n’est toutefois jamais l’exact décalque de ladite société, il est un acteur collectif et hiérarchisé qui, sur la base d’une certaine culture politique partagée, élabore un projet de société incarné dans ce que l’on nomme couramment un programme. Mais il est aussi, dans le même temps, une communauté spécifique (parfois immense : le Parti communiste chinois, le plus grand parti au monde, affichait 82 millions d’adhérents lors de son dernier congrès en 2013), un microcosme tout entier tendu vers la conquête ou la conservation du pouvoir au profit de ses membres et en cela clairement distinct de la société dans laquelle il s’enracine.

*

            L’historien constate qu’en France, au tournant du XIXe et du XXe siècles, les partis « modernes », c’est-à-dire déclarés et organisés à peu près comme ceux que nous connaissons aujourd’hui, se sont mis en place. Face aux invariants évoqués, dont il ne s’agit pas de nier l’existence, une nouveauté a donc fini par s’imposer dans le cadre d’une nouvelle séquence historique ouverte par la Révolution qui vit la démocratie peu à peu s’institutionnaliser, non sans mal, jusqu’à ce que la IIIe République triomphât[33] : l’émergence des partis comme incontournables « intermédiaires-faisant-écran » (si je peux oser cet oxymore) entre le peuple devenu souverain et l’exercice concret du pouvoir. Des partis qui firent aussi sur-le-champ système en s’inscrivant dès 1789 dans un jeu d’affrontement binaire entre « droite(s) » et « gauche(s) ». Mais on entre là dans un autre sujet[34]


[1] Première biographie historique de René Rémond : Charles MERCIER René Rémond, Nanterre et l’Université. Les enfantements de 68 (1968-1976), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Philippe Boutry, 2011.

[2] De « bandière », diminutif de bannière selon le Grand dictionnaire Larousse de 1874. Un « front de bandière » est en termes militaires « un alignement des drapeaux et des étendards en tête d’une armée ou d’un camp » (Philippe ARTIÈRES La banderole. Histoire d’un objet politique, Autrement (Leçons de choses), 2013.

[3] Étymologie donnée dans l’étude (non signée) sur « Vocabulaire militant et vocabulaire militaire » (24 août 2012) lisible sur le site de l’IRESMO (Institut de recherche, d’étude et de formation sur le syndicalisme et les mouvements sociaux) : www.iresmo.jimdo.com. L’étude, superficielle, ne commente qu’une liste de 30 mots dont certains ne relèvent même pas du domaine militaire.

[4] Carl von CLAUSEWITZ Vom Kriege. Über Krieg und Kriegführung, édition posthume par Marie von Clausewitz en 1832. De la guerre, édition et choix de textes par Grégoire CHAMAYOU, Le Monde-Flammarion (Les textes qui ont changé le monde), 2009.

[5] L’historien britannique Robert Tombs ramène à 10 000 le nombre de morts précédemment évalué à 20 000 par Jacques Rougerie. Robert TOMBS La guerre contre Paris, Aubier (Historique), 1996.

[6] Victor HUGO Les Misérables, 1862, tome 4, livre 10.

[7] Norbert ELIAS Über des Prozess der Zivilisation : sociogenetische und psychogenetische Untersuchungen, Bâle, Haus zum Falken, 1939, 2 vol., partiellement traduits en français par Pierre Kamnitzer chez Calmann-Lévy (Archives des sciences sociales) : La civilisation des mœurs (1973) et La dynamique de l’Occident (1975). Pour une mise en perspective large : Yves BONNY, Jean-Manuel DE QUEIROZ et Érik NEVEU (dir.) Norbert Elias et la théorie de la civilisation : lectures et critiques, Presses universitaires de Rennes (Res publica), 2003.

[8] Jacques CHIRAC Chaque pas doit être un but. Mémoires 1, NiL éditions, 2009, p. 415-416.

[9] Extrait de l’article qu’il écrivit dans Tribune le 14 décembre 1945 à l’occasion d’un match de football opposant le Royaume-Uni à l’URSS. George ORWELL Essais, lettres, articles, vol. 4 (1945-1950), édition établie par Sonia Orwell et Ian Angus, Ivrea (Encyclopédie des nuisances), 2001.

[10] Il soutint une thèse qui fit date par son souci d’aborder les phénomènes politiques sous les angles croisés de l’anthropologie, de la culture et de la sociabilité, cela dans une perspective historique. Michel HASTINGS Halluin-la-Rouge, 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire, Presses universitaires de Lille, 1991.

[11] Georges BURDEAU La politique au pays des merveilles, PUF, 1979.

[12] Des historiens ont aussi écrit sur ces sujets : Raoul GIRARDET Mythes et mythologies politiques, Seuil, 1986 ; Maurice AGULHON, Annette BECKER, Évelyne COHEN (études réunies par) La République en représentations. Autour de l’œuvre de Maurice Agulhon, Publications de la Sorbonne, 2006 (cf. notamment la 1e partie sur Marianne) ; nombreux éléments allant dans ce sens dans Pierre NORA (dir.) Les lieux de mémoire, Gallimard. Tome 1 : La République, 1984. Tome 2 : La nation, 1986 (1 – Héritage, historiographie et paysage ; 2 – Le territoire, l’État, le patrimoine ; 3 – La gloire, les mots). Tome 3 : Les France, 1992 (1 – Conflits et partages, 2 – Traditions, 3 – De l’archive à l’emblème).

[13] L’anthropologue Georges Ballandier a beaucoup inspiré les politistes. Georges BALLANDIER Le pouvoir sur scènes, Balland, 1980 ; Le désordre. Éloge du mouvement, Fayard, 1988.

[14] Étienne de LA BOÉTIE De la servitude volontaire, petit ouvrageécrit en 1549 et publié pour la première fois en 1574.

[15] Les citations qui suivent, sauf indication contraire, sont tirées de Serge BERSTEIN Les cultures…, op. cit., p. 7-31 et 391-396. Presque au même moment, bilan des politistes sur le même sujet dans  Pierre BRÉCHON, Annie LAURENT et Pascal PERRINEAU (dir.) Les cultures politiques des Français, Presses universitaires de Sciences Po, 2000.

[16] Sur les « écoles » historiques et l’histoire de l’histoire, deux ouvrages parmi beaucoup d’autres : André BURGUIÈRE L’école des Annales. Une histoire intellectuelle, Odile Jacob, 2006, et Christian DELACROIX, François DOSSE et Patrick GARCIA Les courants historiques en France, XIXe-XXe siècles, Armand Colin (U-Histoire), 1999.

[17] Ouvrage pionnier souvent cité sur ce dernier sujet, écrit au moment où se créa la CGT, juste avant que l’on assistât en France à la multiplication des ligues, majoritairement antidreyfusardes : Gustave LE BON Psychologie des foules, Alcan, 1895.

[18] Institut d’histoire du temps présent Écrire l’histoire du temps présent. En hommage à François Bédarida, CNRS Éditions, 1993.

[19] Ce que Jean-François Sirinelli a souligné dans un article en forme de bilan : « L’histoire politique à l’heure du transnational turn : l’agora, la cité, le monde… et le temps », Revue historique, 2011-2, n° 658, p. 391-408.

[20] Sont ainsi parus en 2011 (pour nous en tenir à cette seule année) trois ouvrages collectifs sous sa direction, issus de colloques tenus à Metz : Olivier DARD (dir.) Le corporatisme dans l’ère francophone au XXe siècle, Berne, Peter Lang (Convergences) ; Olivier DARD et Nathalie SÉVILLA (dir.) Le phénomène ligueur en Europe et en Amérique, Centre régional universitaire d’histoire lorraine ; Olivier DARD, Michel GRUNEWALD, Michel LEYMARIE et Jean-Michel WITTMANN (dir.) Maurice Barrès, la Lorraine, la France et l’étranger, Berne, Peter Lang.

[21] Serge BERSTEIN (dir.) Les cultures…, op. cit., p. 391.

[22] Pierre BOURDIEU Langage et pouvoir symbolique, Seuil, 2001, p. 328.

[23] Michelle PERROT « Délinquance et système pénitentiaire en France au XIXe siècle », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, 1975, vol. 30, n° 1, p. 80-81.

[24] Serge BERSTEIN (dir.) Les cultures…, op. cit., p. 8.

[25] Jean-François SIRINELLI (dir.) Histoire des droites françaises…, op. cit.

[26] Gilles LE BÉGUEC « Le parti », dans Jean-François SIRINELLI (dir.) Histoire des droites…, op. cit., tome 2 Cultures, p. 13-59.

[27] Dès 1872 au Royaume-Uni grâce au Ballot Act adopté la même année mais le suffrage universel masculin (à partir de 21 ans) n’y fut accordé qu’en 1918, la loi y ajoutant le droit de vote pour les femmes de plus de 30 ans.

[28] Émile GUILLAUMIN La vie d’un simple, Paris, Nelson, 1904. Ce fut l’édition chez Stock de 1942, préfacée par Daniel Halévy, qui fut reprise par le Livre de poche.

[29] Au moins jusqu’à nos jours et, très certainement, dans les années à venir, pour rester dans le domaine de l’observation objective.

[30] Gilles RICHARD « Les sources de l’histoire des partis politiques français au XXe siècle. Archives privées, archives publiques », dans François ROUQUET (dir.) L’exploitation scientifique des archives, Rennes, Éditions Apogée, 2005, p. 33-44.

[31] Ils écrivirent respectivement Democracy and the organization of political parties, Londres, Macmillan and Co, 1902 (première traduction française : La démocratie et les partis politiques, Calmann-Lévy,1903) ; Zur Soziologie des Parteiwesens in der modernen Demokratie. Untersuchungen über oligarchischen Tendenzen des Gruppenlebens, Leipzig, Klinkhardt, 1911 (première traduction française : Les partis politiques. Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, Flammarion,1914) ; Wissenschaft als Beruf et Politik als Beruf, Tübingen, Mohr, 1919 (publication conjointe de ces deux textes en français chez Plon en 1959 sous le titre Le savant et le politique).

[32] Synthèse dans Michel OFFERLÉ Les partis politiques, Presses universitaires de France (Que sais-je ?), 1987, 5e édition mise à jour en 2006. Côté historien, lire Serge BERSTEIN « Les partis », dans René RÉMOND (dir.) Pour une histoire…, op. cit., p. 49-85 ; François AUDIGIER « Le renouvellement de l’histoire des partis politiques », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 96, octobre-décembre 2005, p. 123-136 ; François AUDIGIER, David COULON et Frédéric FOGACCI (dir.) Les partis politiques, nouveaux regards. Une contribution au renouvellement de l’histoire politique, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, (France contemporaine), 2012.

[33] Je ne peux entrer ici, faute de place, dans le débat sur l’émergence de la démocratie dans l’aire atlantique qui fit rage surtout pendant la guerre froide. Jacques GODECHOT Les révolutions (1770-1799), PUF (Nouvelle Clio), 1963.

[34] Gilles RICHARD « Droites et gauches dans la vie politique française : réflexions sur un affrontement pluriel », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 99, avril-juin 2006, p. 155-167.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search