Présentation des groupes de travail

11 groupes de travail structurent l’activité de la Société française d’histoire politique :

Groupe « Politique française et dynamiques transnationales »

Groupe mondes germanophones

Groupe mondes ibériques et latino-américains

Groupe Europe centrale, orientale et balkanique

Groupe Mondes coloniaux et post-indépendances

Groupe Italie

Groupe Nouvelle Aquitaine

Groupe régional Ouest-Bretagne

Groupe régional Sud

Groupe régional Hauts-de-France

Groupe régional Grand-Est


Groupe « Politique française et dynamiques transnationales »

Ce groupe de travail a pour objectif d’être un espace de dialogue et de débat entre les historiennes et historiens qui s’intéressent aux porosités entre la « politique intérieure » française et les relations internationales, et qui participent à l’écriture d’une « histoire mondiale » de la France à travers le prisme de ses différents acteurs politiques, du XIXe siècle à nos jours.
Nous souhaitons travailler sur l’inscription internationale des différentes familles politiques françaises sur les plans théoriques, relationnels et des actions politiques. Notre approche, résolument ancrée en histoire politique, se nourrit des méthodologies et apports des histoires croisées, transnationales et comparées, ainsi que de la science politique et du champ des relations internationales. Parmi les axes de travail prioritaires, à classer en fonction des orientations générales de la SFHPo, on peut signaler :

  • l’histoire des internationalismes politiques sur l’ensemble du spectre politique, des « internationales » de partis et syndicats, des relations bilatérales ou multilatérales transnationales d’acteurs politiques, des réseaux associatifs européistes et européens, des partis politiques européens notamment.
  • l’histoire des débats et mobilisations politiques suscitées en France par des processus et événements internationaux, notamment par les guerres, conflits armés, grandes crises internationales ; histoire également du poids des débats politiques français sur la politique étrangère française.
  • l’histoire des références et modèles exportés et importés par les acteurs politiques français : question des références théoriques, des idées circulant à des échelles supranationales, des personnalités étrangères convoquées dans le débat politique français par exemple.

Premier projet
Dans le cadre de la thématique des « lieux du politique » promue par la SFHPo, et avec le concours d’autres groupes de travail, nous souhaitons lancer un premier chantier sur « Les traces des internationalismes politiques dans l’espace public (XIXe-XXIe siècles) ». Il s’agira au cours d’une ou plusieurs journées d’études de travailler sur les traces laissées par ces processus politiques transnationaux en France ou ayant impliqué des Français à l’étranger. Nous nous intéresserons à tous types d’internationalismes, monarchistes comme républicains, socialistes ou fascistes par exemple, structurés par des réseaux informels ou institutionnalisés.
Il s’agira d’abord d’examiner comment les solidarités et les mobilisations transnationales ont laissé une empreinte mémorielle qui se manifeste durablement dans l’espace public. Différents types de « lieux de mémoire » pourront ainsi être étudiés, depuis les plaques commémoratives, statues, cimetières, lieux de culte et de commémorations officiels et officieux, jusqu’aux odonymes, noms de rues et d’infrastructures publiques. Ces lieux de mémoire font intervenir de nombreux types d’acteurs: il peut s’agir des autorités bien sûr, nationales comme locales, mais il peut aussi s’agir de partis ou de groupes politiques voire de mobilisations informelles reposant sur les réseaux de voisinage.
C’est enfin la façon dont cette présence dans l’espace public fait l’objet de débats et de controverses qui retiendra notre attention: cette mémoire controversée des internationalismes et de leur inscription matérielle ou symbolique est-elle le lieu d’un rejeu des solidarités transnationales qui en sont l’objet? Comment penser les échos et la persistance sur le temps long des politisations transnationales? Tout en nous inscrivant dans les renouvellements historiographiques récents sur ces questions, il s’agira pour nous de voir dans quelle mesure les opinions publiques sont travaillées par la mémoire des phénomènes politiques transnationaux, à l’instar de ce que l’on observe à une échelle locale ou nationale – les différentes échelles ne s’excluant bien sûr pas mutuellement.
Ces premières journées auront lieu au début de l’année 2025 à l’université Bordeaux Montaigne.

Coordination du groupe : Judith Bonnin, MCF en histoire contemporaine à l’Université Bordeaux Montaigne (judith.bonnin@u-bordeaux-montaigne.fr) ; Alexandre Dupont, MCF en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg, membre junior de l’Institut Universitaire de France (alexandre.dupont@unistra.fr) ; Elisa Marcobelli, chercheuse post-doc en histoire contemporaine, York University Toronto (elisa.marcobelli@gmail.com).


Groupe mondes germanophones

Le groupe de travail consacré aux espaces germanophones s’est constitué au début de l’année 2021. Il vise à donner une visibilité aux divers travaux sur l’histoire des forces politiques germanophones à propos desquels un renouveau peut être observé depuis plusieurs années. Ancré en histoire, le groupe sollicite des collègues de diverses disciplines (histoire contemporaine mais aussi germanistique et science politique notamment). Centré sur l’Allemagne, le groupe prend en compte les autres pays de langue allemande (Autriche et Suisse alémanique). Il revendique une approche sociale du politique et intègre les perspectives d’histoire croisée et transnationale.
Le groupe propose chaque année un atelier de travail explorant une dimension particulière de l’histoire politique des espaces germanophones. En juin 2021 s’est tenue une première journée d’étude : « Où va la social-démocratie ? Regards croisés sur les social-démocraties germanophones XIXème – XXème siècles »). Un autre atelier sur les communismes germanophones est prévu en mai 2022.Le groupe prévoit également de participer aux thématiques globales retenues par la SFHP comme « Les lieux du politique », en proposant notamment une approche renouvelée des congrès des partis politiques.
Le groupe établit ponctuellement des coopérations avec des institutions s’intéressant à l’histoire du monde germanophone (CIERA par exemple, sans exclusive).

Coordination du groupe : Jean-Numa Ducange jean-numa.ducange@univ-rouen.fr (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen – GRHIS – Institut Universitaire de France) et Karim Fertikh karim.fertikh@unistra.fr (Maître de conférences en Sciences politiques – SAGE – Institut Universitaire de France).


Groupe mondes ibériques et latino-américains

Le groupe de travail consacré aux « mondes ibériques et latino-américains » s’est constitué dès 2019 autour d’une dizaine de chercheurs et enseignants-chercheurs français et espagnols. Il entend promouvoir les travaux consacrés aux pays hispanophones et lusophones dans le domaine de l’histoire politique au sens large, à toutes les époques, en privilégiant les approches croisées et transnationales. Il souhaite en particulier intégrer les nouvelles approches historiques et historiographiques en s’appuyant sur les travaux qui ont renouvelé l’étude des espaces ibériques et « l’Extrême-Occident » latino-américain. Il se donne aussi comme objectif de contribuer à valoriser les thèmes de recherche définis par la SFHPo. Centré sur l’Espagne et le Portugal mais sans exclusive, privilégiant l’étude historique, le groupe entend mettre l’accent sur les acteurs, organisations, discours, idées et pratiques qui ont façonné la politique, dans une perspective ouverte et pluridisciplinaire, en revendiquant une approche sociale du politique.

Le groupe souhaite rassembler tous les chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés par l’histoire politique des mondes ibériques et latino-américains, doctorants et enseignants du secondaire inclus. Il a, par ailleurs, établi des liens de coopération avec l’Université Complutense de Madrid (Grupo de Investigación de Historia de las Relaciones Internacionales) et l’Université de Castilla-la-Mancha (Seminario de Estudios del Franquismo y la Transición). Pour 2022-2024, le groupe a choisi de traiter les relectures des empires espagnol et portugais à une époque de leur retour dans l’horizon géopolitique” (cliquer ici pour lire l’argumentaire).

Le groupe a organisé depuis sa création deux journées d’études. La première, en janvier 2020, a été consacrée aux regards croisés et relations franco-espagnoles sur le temps long (XXe-XXIe siècles) et les actes ont été publiés en décembre 2021 dans la revue Siècles (n°51, lien : https://journals.openedition.org/siecles/8167). La seconde, en octobre 2021, portait sur la politique étrangère de l’Espagne et de la France dans les années 1980, et les textes réunis par Sergio Molina García, Manuel Ortiz et Damián González seront publiés aux Presses universitaires de Saragosse en 2022. Une troisième rencontre sera organisée les 6-7 octobre 2022 au Colegio de España sur les expériences de gouvernement socialiste en Espagne et en France de 1982 à 1996 (programme définitif à confirmer, intervenants prévus : Antonio Moreno Juste, Carlos Sanz, Mathieu Fulla, Sergio Molina, Sophie Baby, Esther Sánchez, Lorenzo Delgado, Marie-Claude Chaput, François Malveille, Manuel Ortiz, Damián González, Matthieu Trouvé).

Un nouvel axe de travail a été lancé pour les années 2022-2023 sur le thème « Relecture des empires ibériques : Espagne, Portugal, Amérique de 1890 à nos jours ». Il prendra la forme d’un séminaire annuel en hybride (5-6 séances/an) devant aboutir à un colloque final. Le calendrier sera fixé prochainement, ainsi que la liste des intervenants.

Coordination du groupe : Matthieu Trouvé (Maître de conférences en histoire contemporaine – Sciences po Bordeaux. m.trouve@sciencespobordeaux.fr ) et Manuelle Peloille (Professeur de civilisation espagnoles contemporaine – Université d’Angers. manuelle.peloille@univ-angers.fr )

Participants aux activités du groupe : Sergio Molina Garcia, Benoît Pellistrandi, Anne Dulphy, Manuel Ortiz Heras, Damián A. González, Mercedes Yusta, Sylvain Mary, David Marcilhacy, Yves Léonard, Christophe Araújo, Pierre-Marie Delpu, Victor Pereira, Romain Robinet.


Groupe Europe centrale, orientale et balkanique

Le groupe de travail régional consacré à l’Europe centrale, orientale et balkanique a été constitué en septembre 2021 sur le modèle des deux groupes de ce type préexistants consacrés aux mondes germanique et ibérique. Il a pour ambition de faire vivre les thèmes de recherche définis par la SFHPo dans cet espace longtemps considéré comme périphérique. L’Europe centrale, orientale et balkanique, parfois qualifiée de « médiane », est un espace hétérogène possédant néanmoins certaines dynamiques propres bien identifiables.

Dans le cadre du premier thème de travail défini par la SFHPo, à savoir les lieux du politique, le groupe a organisé une première journée d’étude intitulée : « Les lieux du politique en Europe centrale, orientale et balkanique, 1790-1990 ». À l’organisation de ce rendez-vous scientifique qui s’est déroulé le vendredi 20 mai 2022 à la maison de la recherche de l’Inaclo rue de Lille, ce sont associés plusieurs partenaires : le Centre interuniversitaire d’études hongroises et finlandaises (CIEH-CIEFI), l’EA 2291 de Paris 3 Sorbonne Nouvelle « Intégration et coopération dans l’espace européen » (ICEE), le Centre de recherche Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco, la Société française pour les études russes et est-européennes en sciences sociales (SFERES) et le GDR Connaissance de l’Europe médiane. Il a donné lieu à la publication d’un numéro de la revue d’histoire de Sciences Po, Histoire@Politique [https://journals.openedition.org/histoirepolitique/10566]

Ce premier volet, consacré aux lieux institutionnels, devrait être prolongé par un deuxième rendez-vous, en 2025, consacré aux “carcéralités en Europe centrale et orientale”, dans le prolongement de la journée d’étude consacrée aux lieux de privation de liberté organisée par les jeunes chercheurs de la SFHPO en octobre 2023.

Coordination : Matthieu Boisdron matthieu.boisdron@gmail.com (docteur de Sorbonne Université)

Membres du groupe : Matthieu Boisdron, Pascal Bonnard, Andrei Cusco, Gergely Fejérdy, Eva Fisli, Mihály Fülöp, Matthieu Gillabert, Alexandru Gussi, Catherine Horel, Silvia Marton, Traian Sandu, Stanislav Sretenovic, Florin Țurcanu.


Groupe Mondes coloniaux et post-indépendances

Le groupe thématique « mondes coloniaux et post-indépendances » a pour ambition de faire résonner l’histoire du politique, entendue au sens large, avec une histoire coloniale et impériale attentive à toutes les échelles, envisagée à parts égales, prompte au décentrement et à la mise en perspective. Il est particulièrement sensible aux approches historiographiques les plus récentes : histoire transnationale, histoire transimpériale, histoire connectée, histoire globale. 

Il s’intéresse à tous les territoires colonisés, y compris lorsque cette catégorie formelle peut être questionnée, et cherche à réinscrire la période coloniale dans la trajectoire historique plus longue des territoires concernés.

En lien notamment avec les questions d’histoire contemporaine proposées dans le cadre des concours de recrutement de l’enseignement secondaire, il a organisé le 12 mai 2023 à l’université Rennes 2 une journée d’études intitulée « Sociétés coloniales et post-indépendances : quels lieux du politique ? 

Coordination du groupe : Luc Chantre luc.chantre@hotmail.fr, Quentin Gasteuil et Karine Ramondy karine.ramondy@orange.fr


Groupe Italie

Le groupe de travail consacré à l’Italie, en cours de constitution, vise à créer un lien de débat entre historiens du politique dont tout ou partie des recherches porte sur l’espace italien. Il met en relation des historiens et des spécialistes de civilisation italienne, travaillant sur le XIXe siècle comme sur le XXe siècle, qu’ils viennent de la tradition universitaire française ou italienne. L’une des principales orientations envisagées consiste à replacer l’Italie dans les dynamiques transnationales dans lesquelles elle a pu s’insérer sur le temps long de l’époque contemporaine.

Les activités du groupe se déploient dans deux directions : d’abord l’analyse des « lieux du politique » dans l’Italie contemporaine, auxquels sera consacrée une journée d’études en cours de montage, ensuite un bilan de l’historiographie du politique, à la fois française et italienne, consacrée à l’Italie des XIXe et XXe siècles. Dans un cas comme dans l’autre, les travaux du groupe Italie prêtent une attention particulière aux travaux récemment soutenus ou en cours et aux évolutions de l’historiographie.

Coordination du groupe : Frédéric Attal (Université Polytechnique des Hauts de France), Pierre-Marie Delpu (Université Libre de Bruxelles). Contacts : frederic.attal@uphf.fr, pierremarie.delpu@ulb.be.


Groupe Nouvelle Aquitaine

1) Composition du groupe

Le groupe de travail régional de la SFHPo, consacré à la Nouvelle-Aquitaine, s’est réuni pour la 1ère fois en juin 2019 à Bordeaux. Il a pour objectif de développer, dans le cadre régional, les thèmes de recherche définis par la SFHPo en s’appuyant sur les forces vives de cette très grande région : enseignants-chercheurs, doctorants, post-doctorants et docteurs principalement des Universités de Bordeaux Montaigne (UBM), Pau (UPPA) et Poitiers ainsi que des enseignants du secondaire de cet espace territorial soit actuellement près d’une vingtaine de personnes. L’aire « bordelaise » (Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Dordogne) est animée par Christine Bouneau, celle autour de Pau et des Pays de l’Adour par Laurent Jalabert et l’espace Poitou-Charentes-Limousin par François Dubasque. Ce pôle est naturellement ouvert à toutes celles et tous ceux qui souhaiteraient le rejoindre.

Membres : Alexis Arras, Nadia Ayache, Judith Bonnin, Christine Bouneau (membre du CS de la SFHPo), Arlette Capdepuy, François Dubasque, Arnaud Dupin, Jérôme Grévy, Sylvie Guillaume (membre du CS de la SFHPo), Laurent Jalabert, Eric Kocher-Marboeuf, Bernard Lachaise (membre du CS de la SFHPo), Céline Piot, Dominique Pinsolle, Jacques Puyaubert, Sébastien Repaire, Ludovic Taris, Thierry Truel.

Ce pôle néo-aquitain entretient des collaborations avec des centres de recherche universitaires, tels que le CEMMC (UBM), ITEM (UPPA), le CRIHAM (UP, UL), et plus récemment et ponctuellement le CRHIA (La Rochelle) qui participent à des activités de recherche structurant les équipes autour de projets de recherche pouvant entrer en résonnance avec les thématiques de la SFHPo.

2) Les activités déjà menées

*Le pôle néo-aquitain s’est déjà investi dans la recherche portant sur « Le congrès de Tours vu d’en bas » (envoi de synthèses des recherches réalisées dans les départements pour le colloque de novembre 2021 à Tours).  

Par ailleurs plusieurs membres de ce pôle néo-aquitain organisent des activités scientifiques qui ont reçu le soutien de la SFHPo :

*Conférences des « Jeudi d’ITEM », rencontres mensuelles du laboratoire ITEM (Pau), (diffusion en ligne), premières rencontres, Alexis Vrignon (3 février 2022), Christophe Batardy sur le Programme commun de la gauche (mars 2022), Julien Marchési sur la loi Savary (avril 2022), Gilles Richard (mai 2022).

*Journée d’études programme Région Nouvelle-Aquitaine ELURENAQ (Elus de la Région nouvelle Aquitaine), le 8 avril 2021, Pau.

3) Les projets pour le 2nd semestre 2022 et pour 2023

*Colloque « Yves Guéna : 1922-2016 » organisé à Périgueux les 13 et 14 octobre 2022 par Christine Bouneau, Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise, dans le cadre du CEMMC.

*Colloque « Entre ancrage local et carrière nationale : René Monory, un notable en république » organisé par François Dubasque et Eric Kocher-Marboeuf, dans le cadre du CRIHAM, en 2023 (dates à préciser).

*Le pôle Nouvelle-Aquitaine est particulièrement intéressé par le thème pluriannuel lancé par la SFHPo sur « Les lieux du politique ». Le groupe est actuellement en phase de réflexion et d’organisation pour lancer un projet Région Nouvelle-Aquitaine  sur cette thématique dans cet espace et en s’appuyant sur les forces mises en œuvre dans le projet ELURENAQ avec un approfondissement chronologique (+ moderne et médiévale) et un élargissement à d’autres centres de recherche (Ausonius et CRHIA en particulier)+ informaticiens (LIUPPA de Pau).

Il s’agirait d’étudier une dizaine de lieux politiques par département du Moyen-Age à nos jours en déclinant le projet selon 3 axes : une étude historique classique sur chaque lieu politique déterminé ; la création d’une application de géolocalisation pour tablette et smartphone ; la mise en place de partenariats avec des établissements secondaires pour la création d’outils pédagogiques.

*Journée d’étude « Les lieux du pouvoir territorial avant et après la décentralisation » à Poitiers à l’automne 2023.


Groupe régional Ouest-Bretagne

Le 6 juillet 2021, une dizaine de collègues se sont réunis pour fonder le groupe à base régionale de la société française d’histoire politique (SFHPo). Les participants s’accordent sur le nom de « SFHPo Ouest-Bretagne » , structure affiliée à la SFHPo) qui poursuivra un double but : intégrer et maintenir dans la recherche ses membres ; être un outil de formation à destination des collègues.

Partageant les logiques et finalités de la structure nationale, le groupe se donne pour objectif de relayer, démultiplier, déployer et moduler les actions nationales.

L’élection du premier bureau donne les résultats suivants : François Prigent (président), Adrien Champroux (vice-président), Matthieu Boisdron (secrétaire).

Dans la continuité des projets préalablement conduits, comme l’enquête collective Le congrès de Tours vu d’en bas ou le café virtuel SFHPo-APHG de mars 2021 avec Jimena Obregonsur L’Autre 11 septembre 1973 (Chili https://sfhp.hypotheses.org/1702 ), le groupe SFHPo Ouest-Bretagne se fixe plusieurs objectifs à court et moyen terme. La mise en œuvre d’une enquête historique sur les Conseils d’Arrondissement (1919-1940) a vocation à déboucher sur un colloque en 2023. Une formation sur la fabrique des cartes numériques aura lieu à Rennes d’ici le printemps 2022.

Coordination du groupe : François Prigent frprigent@wanadoo.fr (Université Rennes 2), Adrien Champroux (Institut Catholique de Rennes), Matthieu Boisdron matthieu.boisdron@gmail.com (Nantes Université).


Groupe régional Sud

À venir


Groupe régional Hauts-de-France

Le groupe « Hauts-de-France » se compose, pour le moment, de cinq pôles : 

Le pôle lillois s’organise autour des deux universités de la capitale des Flandres, l’Université de Lille (ancien Lille-3) et l’Université catholique de Lille.

L’Université de Lille est représentée par Jean-Marc Guislin, professeur émérite d’histoire contemporaine, et lié à la Revue du Nord. Ces derniers temps, Jean-Marc Guislin a coordonné les colloques Pierre-Mauroy, de l’Institut éponyme, en octobre 2021 et en 2022. Il a participé, par le biais de deux contributions dans le bulletin (tome 60) de la Commission historique du Nord (CHN) dont il est secrétaire : Douai : le Nord, au temps de la guerre de 1870 et de la Commune et, conséquemment, La conquête républicaine du département du Nord (1870-1889).

Par ailleurs, Julien Rycx, que Jean-Marc Guislin a dirigé en thèse (sur Georges Laguerre, soutenue en juin 2021) avec Bertrand Joly, a obtenu le prix de thèse de l’Assemblée nationale (2022). Jean-Marc Guislin prépare, avec d’autres collègues membres de la SFHPo, le colloque Ribot programmé en janvier 2023 sur deux sites, à Paris et à Saint-Omer, ville dont Ribot était l’élu à la Chambre des députés (voir plus loin).

A l’Université catholique de Lille, la SFHPo est représentée par Christophe Bellon, maître de conférences en histoire contemporaine, vice-doyen de la faculté de droit et coordinateur du groupe Hauts-de-France. Avec des juristes, publicistes et historiens du droit, Christophe Bellon a développé l’histoire politique et parlementaire à la faculté de droit, autour du thème de la fabrication de loi et les différents types de vulnérabilités que cette fabrication doit affronter. Au sens large, il s’agit d’étudier la notion de risque dans l’histoire de la fabrication de la loi et la transformation des normativités. Fondateur et coordinateur des « humanités » au sein de la faculté de droit, c’est-à-dire des parcours droit-histoire, droit-science politique, droit-sciences économiques, il est également associé à l’école doctorale de l’Université polytechnique des Hauts-de-France (ED PHF, n°635), que le laboratoire lillois – le C3RD – vient de rejoindre, autour du thème de l’alerte et des signes émergents (voir plus loin), porté par Frédéric Attal, professeur d’histoire contemporaine à l’EPHF. Christophe Bellon travaille aussi sur l’histoire politique et parlementaire de la laïcité et dirige la formation universitaire du D.U. « Droit, laïcité et aumôneries religieuses ».

            Plusieurs colloques d’histoire politique ont été organisés à l’Université catholique de Lille, dont, ces dernières années, « Etre candidat à l’élection présidentielle, de la troisième République à nos jours » ou « De Gaulle et l’Outre-Mer ». Christophe Bellon est membre du conseil scientifique du colloque Ribot, dont la première partie a eu lieu le 13 janvier à Paris. La deuxième partie est organisée le 10 mars à Saint-Omer.

****

Le pôle valenciennois concerne l’Université polytechnique des Hauts-de-France (UPHF).

A l’Université polytechnique des Hauts-de-France, Frédéric Attal coordonne le projet de l’Observatoire des extrémismes et des signes émergents (OESE). Ce projet est adossé au fonds d’archives crée par Christophe Bourseiller qui accueille régulièrement de nouveaux dons.

L’OESE est doté d’un conseil scientifique international et se fixe pour objectif d’étudier les phénomènes de marge sous différents aspects : politique, philosophique, historique, sociologique, sans occulter la dimension culturelle. Les mouvements minoritaires apparaissent bien souvent comme les incubateurs involontaires d’idées nouvelles qui se répandent ensuite dans la société en se diluant. Le but est donc de mettre en lumière, entre autres, ces signaux faibles émis depuis les marges, et qui sont ainsi désignés comme « signes émergents ».

Dans ce cadre, l’OESE se fixe trois missions :

  • Mettre en place au quotidien une veille sur les mouvements extrémistes
  • Organiser chaque année un colloque sur un sujet lié aux phénomènes qui nous intéressent
  • Recueillir et gérer de nouveaux fonds d’archives donnés par chercheurs et militants

Le 28 octobre dernier, l’OESE a organisé une journée d’étude sur la fondation du Front national, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la naissance de ce parti.

****

Le pôle d’Amiens englobe l’Université de Picardie – Jules-Verne. David Bellamy, maître de conférences en histoire contemporaine, y est le « référent » du groupe « Hauts-de-France ». Une journée d’étude du Centre d’histoire des Sociétés, des sciences et des conflits de l’Université et en projet, sur le thème : « Les socialistes contre le programme commun de la gauche dans les années 1970 ».

Les réactions de certains socialistes face à l’alliance réalisée après l’élection présidentielle d’avril 2022 entre les principaux partis de la gauche française autour de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon a réactualisé cette question.

A la suite du colloque d’Amiens (2015) consacré à la carrière de Max Lejeune (1909-1995), et en particulier de la contribution de Philippe Nivet, cette journée interrogera le cheminement politique et partisan de ces socialistes qui ont rompu avec le programme commun de la gauche et le PS de François Mitterrand au début des années 1970.

Max Lejeune, et son Mouvement démocrate socialiste de France, fondé en 1973, ont eu un rôle essentiel dans cette rupture et illustrent les causes, les caractères et les échecs de cette tentative de faire exister une gauche socialiste en dehors du PS.

Plusieurs autres parcours individuels pourront être étudiés, comme ceux de Léon Boutbien, Charles Baur, Emile Muller, Eric Hintermann. Des témoins pourraient également être invités, comme André Santini ou Hervé Marseille.

****

            Le pôle d’Arras se résume, pour l’heure, à l’Université de l’Artois. Olivier Tort, maître de conférences en histoire contemporaine, y coordonne les travaux. Il dirige la collection « Histoire d’Artois Presses Université ». Deux laboratoires des Hauts-de-France y sont associés : l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHIS) et le Centre de recherche et d’études Histoire et Sociétés (CREHS).

Olivier Tort est membre du comité d’organisation du colloque Ribot. Il a obtenu, pour l’occasion, le financement (subvention régionale) Valoris. L’Agence d’urbanisme et de développement du Pays de Saint-Omer (Flandre intérieure) sera présente à Saint-Omer durant une large partie de l’année 2023. Le colloque Ribot a pour intitulé : « Alexandre Ribot, une vie en politique. Du Second Empire à la Première Guerre mondiale (1842-1923) ». Un intérêt grandissant se manifeste pour ce personnage depuis une vingtaine d’années. Il s’agit de construire une biographie plus aboutie de cette grande figure républicaine.

Une première journée s’est attachée, au Sénat, le 13 janvier dernier, à l’étude de la carrière nationale de Ribot, autour de trois axes :

  • Son « métier » de député, puis de sénateur au temps du parlementarisme absolu
  • Son action gouvernementale durant la République progressiste
  • La Première Guerre mondiale, sa participation à des réseaux situés dans le champ politique et en dehors de celui-ci.

La deuxième journée, qui a lieu à Saint-Omer le 10 mars 2023, se penchera sur la carrière de Ribot dans le Pas-de-Calais, son ancrage progressif, en relation avec les dynamiques politiques du département, ses soutiens et ses réseaux, le regard porté sur lui par ses contemporains et sa mémoire.

Ce colloque, dans l’organisation duquel plusieurs membres de la SFHPo sont représentés, est organisé en partenariat avec le CHPP, l’IRHIS, le CREHS, le Sénat, l’Agence de l’Urbanisme et de développement du pays de Saint-Omer et la Société de législation comparée.

****

Le pôle de Boulogne-sur-Mer s’appuie sur les travaux d’enseignants-chercheurs de l’Université du Littoral-Côte d’Opale. Le pôle est en cours de constitution.

****

Des contacts ont été pris avec l’Association des professeurs d’histoire-géographie (APHG) et son antenne régionale dans le but de développer aussi les relations entre le groupe des historiens et historiennes de la SFHPo pour les Hauts-de-France et les enseignants du secondaire et des classes préparatoires, notamment au lycée Watteau de Valenciennes.

Une liste de collègues souhaitant rejoindre la SFHPo est en cours de constitution.

Coordination du groupe : Christophe Bellon christophe.bellon@sciencespo.fr


Groupe régional Auvergne-Mont-Blanc

Le groupe s’est constitué en février 2020, lors d’une réunion à la MSH Lyon-Saint-Etienne, en présence de 8 collègues d’Universités (Lyon 2, Clermont-Auvergne, Sciences Po Lyon, Savoie-Mont-Blanc) et lycées de la région, trois étant excusés. Un bureau provisoire a été constitué, qui a tenu plusieurs réunions en visioconférence ou en « présentiel ».

Le groupe a jusque-là pris deux initiatives :

  • Une journée d’études sur les « Destins croisés des bonapartismes et des Napoléonides, de 1870 à nos jours », tenue le 29 septembre 2021 aux Archives départementales du Rhône. Cette journée a permis d’aborder deux objets : en matinée, présidée par Bruno Benoit, l’extinction du bonapartisme comme courant politique aux débuts de la IIIe République (C. Piot), et ses éventuelles réincarnations en boulangisme (B. Joly), mouvance ligueuse (C. Bonafoux) et gaullisme (B. Lachaise) ; l’après midi, présidée par Virginie Hollard, a abordé le phénomène commémoratif lors des jubilés de 1921 (J.-E. Dubois), 1969 (G. Vergnon), 2005-2006 (J.-P. Rey), ainsi que les lieux de mémoire des Napoléonides (F. Conord) et les groupes de reconstitution napoléoniens (J. Ardagna et Y. Sambuis). La journée, conclue par G. Richard a été coorganisée avec la régionale de Lyon de l’APHG, ce qui a permis la participation, le matin, d’une classe de 1ère. La publication des actes est prévue à l’automne aux Editions de la Baume Rousse.
  • Une seconde journée d’études aura lieu le 5 octobre 2022 aux Archives départementales du Rhône, sur « Le vocabulaire politique romain et ses usages aujourd’hui », en coopération avec le labo Hisoma de l’Université Lyon 2, Sciences Po Lyon et l’APHG. Elle propose de confronter spécialistes de l’Antiquité et du monde contemporain pour interroger des termes comme « consul, proconsul, dictateur, tribun, plèbe, Sénat, clientèle » et de pointer, au-delà des écarts de sens, la signification des usages actuels de ce vocabulaire.

Enfin, deux pistes ont été ouvertes pour les années 2023-2024 autour du thème « les lieux du politique » :
Un colloque sur les villes d’eau comme lieux du politique, qui déclinerait trois axes : les villes d’eau en temps troublé (Vichy, Vals-les-Bains…), les villes d’eau comme lieu de rencontres politiques (Plombières, Spa, Evian, Bad Godesberg…), la sociologie électorale des villes d’eau. Ce colloque devrait se tenir à Vichy.
Une journée d’études autour de « Cafés et restaurants comme lieux du politique », qui pourrait aborder les cafés comme lieux de réunion et de localisation des partis politiques, le « banquet républicain » et ses différentes déclinaisons (banquet des mille, banquet des maires autour d’Emile Loubet, banquet radical, etc..).

Une assemblée générale est prévue le 5 octobre 2022 après la journée d’études aux Archives départementales du Rhône afin d’ouvrir plus largement les rangs du groupe régional, de le présenter aux nouveaux adhérents et d’élire un nouveau bureau.


Groupe régional Grand-Est

L’antenne régionale Grand Est de la SFHPo couvre la Champagne-Ardennes, la Lorraine et l’Alsace. Une petite équipe s’est mise en place il y a un an et compte pour l’instant une dizaine de personnes (universitaires, doctorants et docteurs, collègues du secondaire et de classes préparatoires), Citons notamment (par ordre alphabétique) François Audigier (Metz), Philippe Buton (Reims), Jean El Gammal (Nancy), Renauld Metz (Mulhouse), Etienne Paquin (Nancy), Jérôme Pozzi (Nancy), Anne-Catherine Schmidt-Trimborn (Metz)…

La première opération de cette antenne régionale a été l’organisation d’une journée d’étude le 29 avril 2022 à l’Université de Reims sur le thème des sorties et fins de carrière en politique. En combinant des approches quantitatives (par famille politique et période) et des études de cas biographiques, les intervenants se sont penchés sur les temporalités, causes, modalités et représentations du phénomène. Ont été mis en lumière l’existence de paliers et niveaux successifs de désengagement, de lieux et de modes d’institutionnalisation de la retraite politique. La manifestation a été organisée par trois laboratoires (CRULH, CRESAT et CERHIC). Christine Manigand et Jean El Gammal ont modéré cette JE qui a rassemblé une douzaine d’intervenants relevant majoritairement de l’histoire politique mais aussi de la sociologie politique et des sciences politiques (Pierre Camus et Louise Dalibert). Les actes seront publiés l’année prochaine (avec le soutien de la SFHPo).

S’agissant des actions à venir, l’antenne régionale prévoit d’organiser début 2024 un colloque sur les aspects d’histoire politique de la nouvelle question de contemporaine du Capes (“L’Empire colonial français en Afrique : métropole et colonies, sociétés coloniales, de la conférence de Berlin en 1884-1885 aux Accords d’Evian de 1962”) en lien étroit avec les collègues du secondaire via l’APHG régionale (où des membres du groupe exercent des responsabilités), les IPR et le Rectorat. Ce colloque de deux jours sera à la fois scientifique (première journée) et didactique (deuxième journée), il fera également écho avec certains thèmes du programme d’histoire du secondaire (programme de Terminale générale, programme de Spécialité du Lycée) dans le but d’intégrer éventuellement la manifestation au plan académique de formation.

Coordination du groupe : François Audigierfrancois.audigier@univ-lorraine.fr ; Jérôme Pozzi jerome.pozzi@univ-lorraine.fr ; Renaud Meltzrenaud.meltz@uha.fr ; Philippe Butonphilippe.buton@univ-reims.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search